Canadiens de Montréal

L'offre insensée des Nordiques aux Canadiens

Publié | Mis à jour

L’ancien entraîneur-chef et directeur général des Nordiques de Québec Pierre Pagé a lancé une bombe sur nos ondes, lundi, en déclarant que les Canadiens de Montréal avaient offert le gardien Patrick Roy «et quelques autres joueurs» en retour d’Eric Lindros en 1991.       

Mais il semble que ce n’est pas tout à fait ce qui est arrivé, finalement. Serge Savard, qui était le directeur général du CH à l’époque, a présenté une tout autre version des faits, mercredi, lors de l’émission Dave Morissette en direct.         

Voyez les explications de Serge Savard en vidéo, ci-dessus.   

Au départ, Savard ne jugeait même pas utile d’entretenir des discussions avec les Nordiques au sujet de Lindros, mais c’est le président Ronald Corey qui tenait à ce que l’organisation fasse au moins un effort pour s’approprier les services de celui qui était perçu comme «le prochain Wayne Gretzky».      

«J’avais décidé d’aller rencontrer Marcel [Aubut], mais je n’avais aucune intention de compléter un échange. Je savais que ce n’était pas possible», a expliqué le «Sénateur».      

Et c’est à ce moment qu’Aubut aurait fait une demande insensée au Tricolore.      

«Il dit : "Ok Serge, ça va prendre Patrick Roy, Mathieu Schneider, Éric Desjardins et trois choix de premier tour. Pour les 15 millions, ne t’inquiète pas, je vais parler directement à Molson"», a raconté Savard.      

Vous aurez compris que les discussions ne sont pas allées plus loin...     

«Je n’avais aucune intention de faire cet échange, a indiqué Savard. J’ai rencontré Marcel parce que Ronald voulait absolument que j’aille le voir. Ronald ne voulait pas que Lindros soit échangé ailleurs sans qu’on ait essayé. J’ai essayé, mais avec très peu de conviction.»      

Voyez l’entrevue accordée par Serge Savard à Dave Morissette en direct dans la vidéo ci-dessus.