Canadiens de Montréal

Sept candidats qui pourraient épauler Carey Price en 2020-2021

Publié | Mis à jour

Les Canadiens de Montréal ont une malédiction devant le filet. Et non, il n’est pas question de Carey Price ici.         

L’organisation a échoué maintes fois dans sa tentative de recruter un gardien auxiliaire fiable pour épauler l’homme de 10,5 millions $ au cours des dernières années : Dustin Tokarski, Mike Condon (qui a néanmoins connu quelques sorties mémorables), Al Montoya, Antti Niemi et, plus récemment, Keith Kinkaid ont tour à tour eu des auditions pour le rôle.  

Colmater cette brèche était d’ailleurs une priorité au cours de la dernière saison morte, mais le directeur général Marc Bergevin n’est pas parvenu à embaucher un vétéran qui a le profil de l’emploi. L'une de ses cibles, Curtis McElhinney, a préféré se joindre au Lightning de Tampa Bay.         

Pendant ce temps, les jeunes de l’organsiation veulent s’imposer, mais les Charlie Lindgren, Cayden Primeau et Michael McNiven doivent faire leurs preuves. Les deux premiers - pour des raisons différentes - n’ont pas forcé la main aux décideurs.         

Dans le cas de Lindgren, le potentiel y est, sauf qu'il se fait tard; Primeau est pressenti comme un gardien d’avenir, mais il n’a pas su être constant à Laval, même si on lui reconnaît de belles qualités; McNiven, qui est âgé de 22 ans, continue de rouler sa bosse entre l’ECHL et la Ligue américaine.         

Par ailleurs, certains experts croient que le Tricolore pourrait repêcher le meilleur gardien disponible au prochain encan, le Russe Yaroslav Askarov (SKA Saint-Pétersbourg) en l’occurrence.          

Avant que la jeunesse ne parvienne à s’imposer entre les poteaux, Bergevin devra retenir les services d’un portier qui acceptera de garder les buts à temps partiel, ce qui élimine d’emblée quelques candidats. On parle ici de 25 ou 30 départs pour permettre à Price d’avoir du répit.         

Voici donc sept gardiens à considérer pour le rôle :   

Anton Khudobin, Dallas  

Le gardien de 33 ans a connu une bonne saison avec les Stars de Dallas. En 30 présences, il a compilé une fiche de 16-8-4 avec un taux d’efficacité plus que respectable de ,930 parmi les portiers ayant disputé 23 rencontres et plus. Sa moyenne de buts de 2,22 est la troisième meilleure du circuit.         

Son contrat de deux ans d’une valeur de 5 millions $ viendra à échéance en juillet. Si les Stars ne parviennent pas à s’entendre avec lui avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes, plusieurs équipes seront dans la course, ce qui pourrait entraîner des enchères.         

Crédit photo : Photo d'archives, AFP

  

Jaroslav Halak, Boston  

Imaginez si le tandem Halak-Price était à nouveau réuni en 2020-2021. Ce serait presque surréel pour commémorer le 10e anniversaire de l’échange qui l’avait envoyé aux Blues de St. Louis, mettant fin à la (saine) compétition pour le poste de partant chez le Tricolore (voyez ses meilleurs moments lors des séries de 2010 avec le CH dans la vidéo ci-dessus).         

Une décennie plus tard, le Slovaque de 35 ans a été solide comme no 2 chez les Bruins. Non seulement l’entraîneur-chef Bruce Cassidy a-t-il pu reposer Tuukka Rask avec quiétude, il a pu compter sur un des meilleurs tandems de la LNH. Obtenant 31 des 72 départs cette saison, Halak a eu une fiche de 18-6-6 tout en présentant la sixième meilleure moyenne de buts alloués du circuit (2,39). Il écoule la dernière année d’un pacte de deux ans et 5,5 millions $.         

Corey Crawford, Chicago  

Un nom qui revient souvent. D’abord parce qu’il est originaire de la région, mais surtout du fait qu’il ne perd pas lorsqu’il est d’office au Centre Bell. Il connaît bien Bergevin et l’instructeur des gardiens Stéphane Waite, deux anciens membres des Blackhawks.         

Mais Crawford, paraît-il, veut toujours être un gardien no 1 à 35 ans et les «Hawks» ont déjà laissé aller Robin Lehner en le refilant aux Golden Knights de Vegas à la date limite des échanges. La vérité, c’est que le portier de Châteauguay est sur la pente descendante.    

Aux prises avec des problèmes de commotion cérébrale et de vertige depuis deux ans, il n’appartient plus à l’élite de la LNH. En 40 présences en 2019-2020, «Crow» a affiché un dossier de 16-20-1, une moyenne de buts alloués de 2,77 ainsi qu'un taux d'efficacité de ,917.         

Sera-t-il encore no 1 l’an prochain? Sera-t-il encore à Chicago? Difficile à prédire, mais s’il devait quitter la seule organisation pour laquelle il a joué, il y a fort à parier que le Bleu-blanc-rouge pensera à la possibilité de former un duo Price-Crawford si le salaire exigé est inférieur aux 6 millions $ qui grugeaient le plafond salarial à Chicago.         

Cam Talbot, Edmonton  

On se souviendra qu’une blessure à Henrik Lundqvist avait permis à Cam Talbot de s’imposer devant le filet des Rangers de New York en 2014-2015. Échangé aux Oilers d’Edmonton l’été suivant, il a fait le tour de l’Alberta avec un court arrêt à Philadelphie en fin d’année 2018-2019.          

Cette saison, avec les Flames de Calgary, il présente un dossier de 12-10-1, une moyenne de 2,63 et un taux d’efficacité de ,919 avec un salaire très abordable de 2,75 millions $.     

Crédit photo : Photo AFP

Thomas Greiss, New York (Islanders)  

Voilà un candidat intéressant. À 34 ans, Greiss a passé les cinq dernières années chez les Islanders de New York, où il est désormais l’auxiliare de Semyon Varlamov.     

En 31 participations, il a enregistré 16 victoires, neuf défaites et quatre revers en prolongation avec une moyenne de buts alloués de 2,74. Son taux d’arrêts est presque identique à celui de Varlamov (,914), à qui il reste trois années de contrat.      

De plus, le gardien Ilya Sorokin, qui évoluait tout récemment avec le CSKA de Moscou, devrait s’amener avec les «Insulaires» la saison prochaine. Fait intéressant, il n’a jamais affiché un dossier déficitaire lorsqu’il a gardé les buts dans 16 rencontres ou plus...     

Louis Domingue, Vancouver  

Louis Domingue ne l’a pas eu facile depuis l’été dernier. Après avoir connu une excellente campagne 2018-2019 comme substitut à Andrei Vasilevskiy, l’ancien des Remparts de Québec a été échangé deux fois, faisant la navette entre la Ligue américaine et la LNH dans l’organisation des «Bolts», des Devils du New Jersey, puis des Canucks, où il a abouti à la date butoir des échanges.     

Depuis que la formation britanno-colombienne a fait son acquisition en retour de Zane McIntyre, le gardien de 28 ans n’a effectué qu’une présence (0-1-0). Après sa saison extraordinaire à Tampa (21-5-0), l’athlète de Saint-Hyacinthe a compilé une fiche de 3-9-2 en 2019-2020 avec une moyenne de buts de 3,93.     

Il voudra sans doute reprendre sa place parmi les meilleurs gardiens auxiliaires de la ligue, mais surtout obtenir une stabilité d’emploi.     

Aaron Dell, San Jose  

Il sera intéressant de voir quelle direction les Sharks prendront en vue de la prochaine saison après une année 2019-2020 difficile.    

La situation des gardiens ne fait pas exception. À sa quatrième campagne avec la concession californienne, Aaron Dell est en voie de conclure son pacte de deux ans (3,8 millions $) avec sa première fiche déficitaire (12-15-3).     

L’Albertain a maintenu une moyenne de buts de 3,01 en 33 apparitions, mais toute l’équipe a éprouvé des difficultés.     

Jamais repêché, Dell pourrait susciter l’intérêt de plusieurs formations, mais il serait étonnant que l’athlète de 6 pi soit le plan A de Bergevin.