Crédit : Getty Images/AFP

LNH

Thornton, Luongo: Brian Burke révèle deux secrets

Publié | Mis à jour

Brian Burke est flamboyant comme analyste sur les ondes de Sportsnet; il l’était encore plus quand il occupait des fonctions dans la Ligue nationale de hockey (LNH), à en voir ce qu'il tentait...  

Dans un questions-réponses sur Twitter, jeudi, l’ancien homme de hockey a révélé les détails de deux échanges qu’il a essayé de concrétiser quand il était directeur général des Ducks d’Anaheim et des Maple Leafs de Toronto – deux transactions qui auraient complètement changé le visage de la LNH à l’époque.  

Joe Thornton à Anaheim  

En 2005, les Sharks de San Jose ont acquis un des plus grands joueurs de l’histoire de la LNH : Joe Thornton.  

Le prix? Trois joueurs de bon calibre en Marco Sturm, Wayne Primeau et Brad Stuart.  

Mais selon les dires de Burke, il semble que les Ducks – appelés les Mighty Ducks à l’époque – avaient une bien meilleure offre sur la table, une offre concoctée par lui.  

«J’ai désespérément tenté d’avoir Joe Thornton à Anaheim, a raconté l’ex-DG, dans une discussion qui a permis aux fans de brièvement oublier la suspension des activités dans la LNH en raison de la pandémie de la COVID-19. Je pense qu’on battait l’offre qui a été acceptée. On parlait avec le directeur général (des Bruins) Mike O’Connell chaque jour.  

«Je lui ai dit qu’on protégerait cinq joueurs dans mon effectif et qu’il pourrait prendre n’importe qui d’autre, sans restriction. J’allais ajouter un autre joueur de l’effectif, un espoir et un choix de premier tour au repêchage.»  

«Je suis encore amer de ne pas l’avoir eu.» - Brian Burke  

  

 

  

  

Thornton avait ainsi terminé la saison 2005-2006 chez les rivaux californiens et on connait la suite : «Jumbo Joe» a connu avec les Sharks une campagne de 114 points en 2006-2007... saison lors de laquelle les Ducks ont gagné la coupe Stanley.  

Thornton porte encore les couleurs du club de la baie de San Francisco à ce jour, sans jamais toutefois avoir gagné la coupe Stanley. Qu’à cela ne tienne, ses habiletés de passeurs et 1089 aides (récoltées jusqu’à maintenant) lui vaudront possiblement une place au Temple de la renommée, un jour.  

Roberto Luongo à Toronto  

La fin du séjour du passage de Roberto Luongo chez les Canucks de Vancouver a été plutôt bizarre. Tassé par Cory Schneider en tant que gardien partant, Luongo a fait l’objet de rumeurs de transaction pendant longtemps... avant que Schneider ne soit finalement échangé aux Devils du New Jersey à l’été 2013, le Québécois récupérant ainsi son poste avant son départ en 2014 vers la Floride.  

Pas étonnant, quand on sait le prix demandé par les Canucks, selon les souvenirs de Burke en janvier 2013, époque où il fut congédié par les Maple Leafs.  

«On était "all-in" sur Luongo à peu près au moment où j’ai été limogé, a-t-il relaté. Le prix aurait été élevé, mais on était dans la course. Ils demandaient (Jake) Gardiner, (Nazem) Kadri et deux choix de premier tour au repêchage.»  

Un prix «beaucoup trop élevé, même pour Luongo», selon lui.  

  

  

Le gardien québécois, à la retraite depuis cette année seulement après une longue carrière commencée en 1999-2000, n’avait finalement pas été échangé cette saison-là, mais bien en mars 2014, aux Panthers de la Floride contre son homologue Jacob Markstrom, ainsi que Shawn Matthias et Steven Anthony.