Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Alouettes de Montréal

John Bowman laisse planer le doute

Publié | Mis à jour

La crise de la COVID-19 permet à quelques athlètes d’approfondir leur réflexion, qui était déjà amorcée depuis un certain temps. La pause pourrait leur permettre d’y voir plus clair sur leurs plans d’avenir.  

Le vétéran des Alouettes John Bowman est dans cet état d’esprit. 

• À lire aussi: Le président des Alouettes garde espoir 

• À lire aussi: Vol en pleine tempête 

L’ailier défensif de 37 ans n’a toujours pas pris de décision quant à son avenir au football.  

Après l’élimination contre les Eskimos d’Edmonton la saison dernière, on croyait qu’on avait vu le numéro 7 des Alouettes pour la dernière fois sur le terrain. 

Il avait répondu aux questions des journalistes, les larmes aux yeux. Comme s’il venait de faire ses adieux aux partisans de l’équipe. Par contre, le communiqué devant officialiser sa retraite n’est jamais arrivé. 

Ça signifie que sa réflexion se poursuit toujours. Il ne faut donc pas écarter la possibilité qu’il soit présent au prochain camp d’entraînement des Alouettes, et qu’il dispute une 15e saison dans la Ligue canadienne. 

«Ce n’est pas encore une certitude, a indiqué Bowman lors d’une entrevue téléphonique avec Le Journal de Montréal. Pour le moment, je m’entraîne à la maison, comme tout le monde le fait présentement.» 

«J’utilise mon vélo de montagne, mon vélo de spinning et des haltères pour le faire. Je tente simplement de me garder en bonne condition physique.» 

Pour les bonnes raisons 

Interrogé à quelques reprises au sujet de l’avenir de Bowman depuis son embauche, le directeur général Danny Maciocia a toujours mentionné qu’il respecterait la dernière saison prévue au contrat de son vétéran. 

Si Bowman est encore capable d’être un actif important pour les Alouettes, il aura sa place au sein de la formation. L’athlète a la même philosophie. 

«Je ne veux pas revenir pour ce que j’ai fait au cours de ma carrière, a précisé Bowman. Je le veux parce que je peux jouer. Mon histoire sera écrite, et ce, peu importe le moment où je déciderai de prendre ma retraite.» 

«Je veux faire partie de l’équipe parce qu’ils veulent que j’y sois. Je veux être en mesure d’être productif et non pour faire de la figuration.» 

La saison dernière, il a été le meilleur joueur des Alouettes pour les sacs avec huit. De plus, Bowman a collecté 45 plaqués en 16 rencontres. 

Prêt pour tous les scénarios 

À l’heure actuelle, tous les scénarios pour la saison 2020 sont encore envisagés par les dirigeants de la LCF. Une rumeur a circulé selon laquelle le calendrier régulier pourrait être réduit à huit matchs et qu’il pourrait commencer le 1er septembre. 

Est-ce que ça pourrait être un avantage pour un vétéran comme Bowman ? 

«Ça ne fait vraiment pas partie de ma réflexion, a-t-il mentionné. Au cours de ma carrière, j’ai prouvé à maintes reprises que je pouvais jouer des saisons complètes. L’an dernier, j’ai joué 16 matchs [sur 18], mais ce sont les entraîneurs qui ont décidé de me donner du repos à la fin de la saison.» 

«Si je joue en 2020, je serai prêt à faire 18 matchs, ou peu importe le nombre de parties qui sera déterminé.» 

Il est un des hommes de fer de la LCF, alors qu’il a disputé un total de 230 matchs. Il a disputé des saisons complètes à huit reprises. On l’a souvent vu subir des blessures au cours d’un match, mais il a toujours trouvé une façon de se relever et de revenir plus fort par la suite. 

En attendant, il se tient au courant de l’évolution de la situation et il se croise les doigts. 

«Je me concentre à ce que la situation de la LCF soit sous contrôle. On a des conférences téléphoniques avec les autorités de la ligue toutes les semaines. C’est tout ce qu’on peut faire pour l’instant.»