LNH

La LNH pourrait-elle imiter la NBA?

La LNH pourrait-elle imiter la NBA?

Louis Jean

Publié 03 avril
Mis à jour 03 avril

La Ligue nationale de hockey (LNH) et la National Basketball Association (NBA) ont beau être des ligues professionnelles distinctes qui rivalisent pour le loisir (et les dollars) des amateurs de sports, elles ont, dans plusieurs cas, des intérêts communs.     

Plusieurs équipes de la LNH et de la NBA partagent le même amphithéâtre. Les équipes doivent non seulement cohabiter, mais aussi travailler ensemble.         

Lorsque la NBA a annoncé qu’elle suspendait sa saison, la LNH a suivi quelques heures plus tard. Le risque de contagion était réel. D’ailleurs, certains sont convaincus que les Sénateurs d’Ottawa ont été exposés à la COVID-19 parce qu’ils se sont retrouvés dans la même hôtel que les Nets de Brooklyn, dont quatre joueurs avaient été contrôlés positifs au nouveau coronavirus.     

Si vous doutez du lien depuis toujours entre la NBA et la LNH, ne regardez pas plus loin que le commissaire. Gary Bettman travaillait dans le monde du basketball avant de prendre les rênes de la LNH en 1993.    

Reprise du sport... virtuel?    

La NBA a parfois copié la LNH et vice-versa. Même si les joueurs de la LNH et de la NBA sont très différents, une chose qu’ils ont en commun, c’est qu’ils aiment le gaming.    

Il y a quelques jours on apprenait que la NBA cherche à présenter un tournoi du jeu vidéo NBA 2K strictement entre joueurs. Ce tournoi serait présenté sur la chaîne ESPN aux États-Unis.    

Selon ce qu’il m’a été permis d’apprendre, la Ligue nationale et l'Association des joueurs travaillent actuellement ensemble pour faire la même chose. Nous en sommes encore au stade embryonnaire, mais il y a de fortes chances de voir un tournoi du jeu NHL 20 par EA Sports impliquant les joueurs de la LNH.     

On laisse filtrer très peu d’information, mais je me questionne sur le rôle que joueront les partisans. Serait-il possible que des joueurs de la LNH affrontent des amateurs et accros de jeux vidéo?    

Des joueurs comme David Pastrnak et Jake DeBrusk, des Bruins de Boston, ont invité des partisans à les joindre et jouer contre eux à Fortnite récemment.    

Une opportunité pour les équipes     

Certains semblent penser qu’aucun hockey signifie les vacances pour les 31 équipes.     

Chaque club est différent.     

Toutefois, certaines équipes m’ont dit qu’elles profitent de l’occasion pour revoir leur façon de faire. Un dirigeant d’une organisation m’a confié que tous les départements de son équipe ont été challengés afin de faire mieux, d’être plus productifs et d’innover.    

«On a beaucoup d’appels-conférences en tout cas», m’a répondu un dirigeant.     

Sortir du monde du hockey    

Lors d’une discussion avec Claude Julien la semaine dernière, le pilote des Canadiens de Montréal me disait que lorsqu’il était entraîneur-chef des Bruins de Boston, il parlait régulièrement avec ses confrères des Celtics (NBA), des Red Sox (MLB) et des Patriots (NFL).    

« Je me souviens l’an dernier lors d’un voyage à Dallas, m’a raconté Julien. Brad Stevenson, le coach des Celtics, était à Dallas. Son équipe avait joué la veille je crois. On s’était rencontrés dans un café et on avait jasé pendant une heure. On échangeait des idées, on parlait de comment gérer les joueurs. C’est peut-être un sport différent, mais il y a beaucoup de points communs. C’est agréable de voir comment les autres s’y prennent et comment ils composent avec différentes situations. On peut apprendre beaucoup de l’approche des autres mêmes si c’est un tout autre sport. »    

Un agent de joueurs me mentionnait que des conférences entre les directeurs généraux de la LNH et ceux d’autres sports seront fort probablement organisés afin d’échanger. Bien que ça n’ait pas encore eu lieu, l’idée est excellente. Certains DG font déjà appel à des homologues d’autres ligues.    

« Je parle régulièrement avec le DG des Bills de Buffalo Brandon Beane, étant donné que la famille Pegula est propriétaire des deux clubs. Nous échangeons régulièrement sur l’évaluation des joueurs et la structure organisationnelle. Il est une excellente ressource pour moi », m’a dit Jason Botterill, directeur général des Sabres de Buffalo par message texte.