LNH

Jonathan Toews confiant... malgré tout!

Publié | Mis à jour

Après plusieurs années couronnées de succès, avec notamment trois conquêtes de la coupe Stanley depuis 2010, les Blackhawks de Chicago semblent essoufflés. Au moment de la suspension de la saison de la Ligue nationale de hockey (LNH), ils étaient en voie de rater les séries éliminatoires pour une troisième année consécutive. 

Malgré tout, le capitaine Jonathan Toews ne perd pas le moral. Selon lui, la situation était moins préoccupante cette année que lors des deux campagnes précédentes.  

«Certains de nos joueurs importants ont subi plusieurs blessures sérieuses et ça nous a fait mal», a analysé le Canadien de 31 ans, lors d’une vidéoconférence organisée par la LNH, mardi. 

«Mais en même temps, il y a quelques jeunes joueurs qui deviennent meilleurs très rapidement. Je crois que nous avons démontré cette saison, même si nous n’étions pas dans le portrait des séries éliminatoires, que nous en étions tout près.» 

Jouer son rôle 

Par ailleurs, s’il devait y avoir des changements, ce ne sera pas au sein de l’état-major, puisque le propriétaire Rocky Wirtz avait indiqué plus tôt au mois de mars que le directeur général Stan Bowman, l’entraîneur-chef Jeremy Colliton et le président John McDonough seront tous de retour avec l’équipe. 

Toews, lui, ne porte aucune attention à ce qu’il ne peut contrôler. Ainsi, il assumera son rôle pour aider l’équipe à avancer. 

«Peu importe ce qui arrive au sein de l’organisation, mon travail à titre de capitaine, mais également pour les autres joueurs qui sont dans le vestiaire depuis un moment, est de s’assurer de retirer le plus de chaque joueur.» 

Sur une note plus comique, Toews a indiqué que le gardien québécois Corey Crawford serait son premier choix parmi tous ses coéquipiers s’il devait partager sa période de quarantaine. «C’est un gars avec qui c’est facile de vivre. Peu importe ce que tu veux faire, il est toujours partant pour tout», a-t-il expliqué. 

Ayant été pendant cinq ans son cochambreur pendant cinq ans, Patrick Kane se retrouve à l’autre bout du spectre, à titre de joueur avec qui il aimerait le moins partager son confinement.