LNH

Brady Tkachuk se fait rassurant

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Sénateurs d’Ottawa Brady Tkachuk a donné des nouvelles rassurantes de ses coéquipiers atteints de la COVID-19, lundi.

Rappelons que deux patineurs des «Sens», qui n’ont pas été identifiés, ont reçu un diagnostic positif à la COVID-19.

«Les gars vont bien», a affirmé l’athlète de 20 ans lors d’une conférence vidéo organisée par la Ligue nationale de hockey (LNH) où il était accompagné de John Tavares (Maple Leafs de Toronto), Dylan Larkin (Red Wings de Detroit) et Zdeno Chara (Bruins de Boston). À voir en intégralité dans la vidéo ci-dessus.

«Nous sommes un groupe qui est tissé serré et nous sommes en contact constamment, a ajouté Tkachuk. Nous étions tous un peu inquiets pour eux et pour tout le monde qui en est affligé.»

Comme les autres participants de la discussion du jour, Tkachuk a raconté comment il s’entraînait pendant la pause des activités dans le circuit Bettman. Le jeune homme a cependant un avantage puisqu’il passe la majorité de son temps avec son frère Matthew, qui évolue avec les Flames de Calgary.

«Nous nous gardons occupés avec notre petite sœur, a indiqué le hockeyeur. Nous avons de l’équipement d’entraînement dans le sous-sol et nous jouons au basketball ensemble. C’est une situation particulière, mais nous essayons d’en faire le plus possible.»

Beaucoup de respect pour Chara

Profitant de la présence de Chara dans leur entrevue, Tkachuk, Larkin et Tavares ont tenu a souligné comment il était impressionnant et difficile de jouer contre le vétéran de 43 ans.

«Je ne m’ennuie pas de ses coups de bâton devant le filet», a exprimé le joueur des «Sens» avec le sourire.

«Avec son long bâton, c’est impossible de le contourner, a ajouté Larkin. [...] Je ne m’ennuie pas de ces moments quand la rondelle va dans le coin et qu’il faut l’affronter. Tu sais qu’il va te faire mal d’une façon ou d’une autre. C’est toutefois plaisant d’avoir grandi en le regardant jouer et de maintenant pouvoir l’affronter.»

«Il n’y a aucune situation qui est pire que d’être pris sur le bord de la bande et d’être la cible du grand gaillard. Tu dois absorber le coup et tu espères que tout reste en place dans ton corps», a pour sa part affirmé Tavares.

De nature humble, Chara a tenu à retourner certains compliments à ses rivaux de la section Atlantique.

«Chaque fois que tu joues contre l’un de ces gars-là, tu dois être prêt mentalement et physiquement pour une bataille, a dit le capitaine des Bruins. [...] Ce n’est pas facile. Ils ont tous du talent et des habiletés. Ils sont très bons.»

«J’élève toujours mon jeu d’un cran quand je joue contre eux, parce que je sais que si je ne le fais pas, ils vont exceller. Je leur lève mon chapeau, car ils sont le futur de la ligue», a conclu Chara.