Crédit : AFP

Sports aquatiques

COVID-19: ce qui inquiète vraiment Michael Phelps

Publié | Mis à jour

Michael Phelps appuie sans réserve la décision du Comité international olympique (CIO) de reporter les Jeux olympiques de Tokyo à l’année prochaine, mais il s’inquiète pour l’impact sur la santé mentale des athlètes.

Ayant lui-même souffert d’une dépression qui a été à l’origine de pensées suicidaires lorsqu’il a été arrêté une deuxième fois pour conduite avec les facultés affaiblies en 2014, le nageur s’est dit préoccupé par les impacts de cette situation sans précédent.

«J'espère vraiment, vraiment que nous ne verrons pas une augmentation du taux de suicide chez les athlètes à cause de cela, a-t-il dit au réseau NBC, mardi. La santé mentale est de loin la chose la plus importante ici. Nous sommes en territoire inexploré avec ce report. Nous n'avons jamais vu cela auparavant. C'était la bonne décision, mais cela me brise le cœur pour les athlètes.»

S’il est d’accord avec la décision du CIO, il croit toutefois que la décision est venue tardivement.

«J’étais choqué qu’ils n’aient pas reporté plus tôt. Je ne voyais pas de façon de faire fonctionner tout cela. On a eu des problèmes par le passé, comme la qualité de l’air à Pékin et le Zika à Rio, mais [la COVID-19] ça semblait beaucoup plus gros. Il ne semblait pas y avoir de façon de la gérer ou la contrôler. Je ne voyais simplement pas comment connecter les points.»

Phelps est le sportif le plus titré de l’histoire des Jeux olympiques, avec 28 médailles, dont 23 d’or. Il a pris sa retraite en 2016.