Crédit : Photo AFP

LNH

Un rendez-vous manqué pour Auston Matthews

Agence QMI

Publié | Mis à jour

L’ancien attaquant Rick Vaive conservera vraisemblablement le record du plus grand nombre de buts marqués dans une saison par un joueur des Maple Leafs de Toronto, mais il aurait aimé voir Auston Matthews obtenir une réelle chance de le battre.

L’Ottavien de 60 ans avait touché la cible 54 fois au cours de la campagne 1981-1982 et il est l’un des trois-porte-couleurs des Leafs à avoir atteint le total de 50 filets lors du calendrier régulier. Or, Matthews s’approchait dangereusement de la cinquantaine avant l’interruption des activités de la Ligue nationale le 12 mars. L’Américain revendiquait 47 buts et avait encore 12 rencontres à disputer.

«Pour être franc, je me sens mal pour lui, a admis Vaive au quotidien "Toronto Sun". Effectivement, je sais à quel point c’est difficile de réussir cela. Qui sait s’ils joueront tous ces matchs annulés ou qu’ils amorceront les séries sur-le-champ? Et ça, c’est s’ils recommencent à jouer tout simplement.»

«J’espère revoir Auston afin de lui signifier comment je me sens vis-à-vis cela. Je pense qu’il est un excellent hockeyeur qui mise sur un très bon tir et une intelligence du hockey exceptionnelle», a-t-il renchéri.

Une marque à portée de main

Matthews aurait pu profiter d’une fin de saison favorable pour dépasser Vaive. Son équipe avait notamment des rendez-vous avec les Red Wings de Detroit, les Sénateurs d’Ottawa, les Devils du New Jersey et le Canadien de Montréal, tous des clubs étant hors du portrait des éliminatoires dans l’Association de l’Est.

Avec quatre buts à ses six plus récentes parties, le joueur d’avant soufflait dans le cou d’Alexander Ovechkin, des Capitals de Washington, et de David Pastrnak, des Bruins de Boston, qui dominaient la course au trophée Maurice-Richard avec 48 filets. Maintenant, la suite paraît nébuleuse. Si la campagne reprend éventuellement, rien ne garantit non plus que les patineurs de la ligue auront tous retrouvé leur synchronisme.

«Ce qui est plus dur à accepter, c’est que ça aurait été l’année parfaite. Il a 22 ans et j’avais le même âge [en 1981-1982], a souligné Vaive. Tout allait dans le bon sens pour lui.»

D’ailleurs, le nombre 50 demeure important aux yeux d’un joueur. Vaive peut en témoigner, car son fait d’armes de l’époque avait constitué un baume sur un parcours pour le moins pénible chez les Leafs. Pendant que leur attaquant marquait 54 fois, ils ont gagné seulement 20 matchs et concédé 380 buts.

«Cinquante, c’était vraiment significatif pour moi et les autres gars de mon trio, a-t-il rappelé en insistant sur la contribution de son pivot Bill Derlago, qui l’avait accompagné dans une transaction le faisant passer des Canucks de Vancouver aux Leafs en février 1980. Lui et moi avions aussi une belle complicité.»