Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

«On est chanceux dans notre malchance»

Publié | Mis à jour

Même si la décision d’annuler les séries et le tournoi de la Coupe Memorial aura des conséquences majeures, le commissaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Gilles Courteau, se dit confiant pour l’avenir de son circuit.  

Mardi, lors d’une conférence téléphonique où il a réagi à la décision d'annuler les séries des trois ligues de hockey junior au pays, il en a appelé à la solidarité dans les 18 marchés de la LHJMQ.    

«On est dans une situation exceptionnelle, a-t-il reconnu. On doit se serrer les coudes et espérer qu'en suivant les recommandations de nos gouvernements, on va être en mesure de contrôler le virus.»   

Le commissaire se dit néanmoins confiant de voir toutes les équipes reprendre leurs activités lors de la prochaine campagne. «Je suis confiant qu'on aura une ligue à 18 équipes à compter du début de la saison 2020-21.»   

La situation actuelle aurait pu être bien pire pour les équipes de hockey junior. «On est chanceux dans notre malchance, a philosophé le grand patron du hockey junior québécois. Au moment de suspendre la saison, on avait 93% du calendrier de fait.»   

Les dates de reprises de la prochaine année scolaire et les disponibilités des amphithéâtres dans les prochains mois ont joué dans la décision de la Ligue canadienne de hockey d'annuler ses séries et le tournoi réunissant les meilleures équipes du pays en mai prochain à Kelowna en Colombie-Britannique.   

«Une décision responsable»  

Déçus, les propriétaires des 18 franchises de la LHJMQ ont compris la décision des autorités. «On a pris une décision responsable, a-t-il expliqué. Nos propriétaires ont compris l'état dans lequel on était. Il n'y avait pas d'autres alternatives.»   

L’annulation des séries et du tournoi de la Coupe Memorial, une première en 101 ans d’histoire, aura d’énormes conséquences financières pour son circuit. «On aura à revoir le modèle d'opérations pour les années à venir», a prévenu Courteau.   

La LHJMQ étudiera toutes les options, y compris les différents programmes gouvernementaux.   

Courteau a par ailleurs reconnu qu’il n’existait pas de compensations en assurances pour les pertes encourues. «C’est déclaré comme "Act of God"», a-t-il expliqué.   

En ce qui concerne les transactions liées au rendement d’équipes en séries, moins de 24 heures après la difficile décision, la LHJMQ n’a «absolument pas envisagé quoi que ce soit à ce moment-ci», a-t-il laissé tomber.