Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Stéphane Richer, le dernier des mohicans

Stéphane Richer, le dernier des mohicans

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 23 mars
Mis à jour 23 mars

Marquer 50 buts en une saison demeure un exploit rare dans l’histoire des Canadiens de Montréal.  

Seulement six joueurs peuvent se vanter d’avoir atteint ce prestigieux plateau avec l’organisation montréalaise.    

Ces joueurs d’exception sont Maurice Richard, Bernard Geoffrion, Steve Shutt, Guy Lafleur, Pierre Larouche et Stéphane Richer.  

Si Maurice Richard avait été le premier en 1944-45, Guy Lafleur est celui qui l’a fait le plus souvent en marquant 50 buts à six reprises.  

Pour ce qui est de Stéphane Richer, il est le seul, avec Lafleur, à avoir connu au moins deux saisons du genre. Cependant, Richer est surtout le DERNIER joueur du Tricolore avec 50 buts. C’était en 1989-90.  

D’ailleurs, il s’agit du 30e anniversaire de la deuxième saison de 50e but de Richer. Le 24 mars 1990, le no 44 des Canadiens avait marqué ses 49e, 50e et 51e buts (tous en avantage numérique) face au gardien Peter Sidorkiewicz, des Whalers de Hartford.  

Cela fait donc 30 ans qu’aucun joueur des Canadiens n’a inscrit 50 buts en une saison. Vincent Damphousse (40 buts en 1993-94) et Brian Bellows (40 buts en 1992-93) ont été les deux joueurs qui se sont approchés le plus près du plateau des 50 buts.  

Je crois que Stéphane Richer mérite une plus grande place dans la longue et belle histoire des Canadiens de Montréal. Il a marqué 50 buts à l’âge de 21 et 23 ans. Pas banal. Guy Lafleur avait inscrit 50 buts pour la première fois à 23 ans. Maurice Richard en avait 23.  

Richer était un joueur spectaculaire et il savait terroriser les gardiens adverses avec son puissant tir frappé. C’était tellement beau de le voir aller.  

Voici une suggestion pour l’organisation des Canadiens.  

Pourquoi ne pas honorer un jour ses marqueurs de 50 buts ? Une bannière, une mise en jeu protocolaire, un reportage honorifique. Quelque chose.  

Si les Richard et Geoffrion n’y sont plus, ce serait génial d’applaudir les Shutt, Lafleur, Larouche et Richer.  

Il faut reconnaître que les Canadiens de Montréal font toujours les choses en grand lorsqu’il s’agit d’honorer le passé.