Canadiens de Montréal

La séquence qui a privé le CH d’une coupe Stanley?

Publié | Mis à jour

Le printemps 2014 restera longtemps gravé dans la tête des partisans des Canadiens.  

Dirigés cette année-là par Michel Therrien, les représentants du Tricolore avaient connu un parcours empreint de réussites.  

Tombeur des Bruins et du Lightning lors des deux premières rondes, le Tricolore s’était finalement incliné devant les Rangers au troisième tour dans une série marquée par la controverse.  

Lors du match initial de cette confrontation, l’attaquant Chris Kreider, qui s’amenait à vive allure en territoire du CH, avait perdu pied et terminé sa course en frappant le gardien Carey Price de plein fouet. La saison du portier, gravement blessé à une jambe, venait de prendre fin. La saison des Canadiens aussi, d’une certaine manière.  

Appelé en renfort devant le filet pour le reste de la série, le jeune Dustin Tokarski, alors âgé de 24 ans, n’a pas mal fait. Mais les hommes en bleu, blanc et rouge n’ont jamais retrouvé leur rythme après la blessure de leur gardien-vedette et se sont finalement inclinés en six parties, alors que tout semblait pourtant permis quelques jours auparavant.  

Davis Desharnais pivotait, cette année-là, le premier trio du CH. De son propre aveu, la blessure de Price a tout changé.  

«Si ce n’était pas de cette blessure, on parlerait peut-être de coupe Stanley présentement. Carey était notre meilleur joueur.» 

 

SPO-RANGERS-CANADIENS
Crédit photo : Photo Ben Pelosse

 

Selon Desharnais, les astres semblaient alignés, cette année-là, pour que Montréal remporte son 25e championnat. 

«On avait fait de bonnes transactions, notamment avec l’arrivée de Tomas Vanek. On pouvait aussi compter sur Brian Gionta et Daniel Brière, qui ajoutaient une belle profondeur à notre équipe.»  

Des fleurs à Michel Therrien  

Plusieurs amateurs ont encore en mémoire les performances de deux joueurs bien précis qui, en 2014, avaient, de façon très inattendue, pris en charge l’offensive montréalaise.  

Rene Bourque, auteur de huit buts et 11 points, et Lars Eller, avec 13 points, avaient connu des séries tout simplement fantastiques.  

 

SPO-HKO-HKN-NEW-YORK-RANGERS-V-MONTREAL-CANADIENS---GAME-FIVE
Crédit photo : Photo d'Archives

 

Desharnais trace un intéressant parallèle entre ces bonnes performances et la présence de Michel Therrien derrière le banc de l’équipe.  

«Michel Therrien était très bon pour effectuer des modifications en plein match. Ses changements fonctionnaient souvent. Lars et Rene ont marqué de gros buts pour nous.»  

Bons souvenirs 

Même si le printemps des Canadiens s’est terminé en queue de poisson, Desharnais conserve plusieurs bons souvenirs des éliminatoires de 2014.  

«La frénésie qui régnait autour et dans le Centre Bell était absolument phénoménale. Je n’avais jamais vu notre amphithéâtre aussi bruyant.»  

Et Kreider, dans tout ça?  

La vie fait parfois bien (ou mal?) les choses.  

Trois ans après la douloureuse défaite des siens face aux Rangers, Desharnais a dû enfiler le chandail de ces derniers en 2017, après un bref passage avec les Oilers.  

 

Crédit photo : Photo Martin Chevalier

 

A-t-il osé demander à Kreider s’il avait fait exprès d’entrer en collision avec Carey Price? 

«Je lui ai posé la question quelques fois. Je ne voulais pas vraiment savoir la réponse. J’espérais plus voir sa réaction. Peut-être que ça aurait mal tourné, et ce n’est pas vraiment le genre de gars avec qui tu veux que ça tourne mal».  

Voyez l’entrevue intégrale de David Desharnais dans la vidé ci-dessus.