HKN-HKO-SPO-TORONTO-MAPLE-LEAFS-V-TAMPA-BAY-LIGHTNING

Crédit : AFP

LNH

Le métier d'entraîneur... à distance

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Ce n’est pas évident pour un entraîneur de continuer d’encadrer ses joueurs quand tout le monde est en confinement. 

C’est ce que vit le Québécois Frantz Jean, entraîneur des gardiens de but du Lightning de Tampa Bay depuis une dizaine d’années.  

Il ne peut plus diriger Andrei Vasilevskiy et Curtis McElhinney quotidiennement. 

«Je contacte les gars régulièrement pour voir comment ils vont», explique celui qui a notamment porté les couleurs des Tigres de Victoriaville et du Laser de Saint- 

Hyacinthe dans la LHJMQ ainsi que des Aigles Bleus de l’Université de Moncton. 

L'entraînement 

L’équipe a fourni un programme d’entraînement aux joueurs. Rappelons que ceux-ci ont obtenu la permission de rentrer chez eux puisque l’arrêt devrait durer au moins jusqu’à la mi-mai. 

«Présentement, tous les joueurs ont eu un programme d’entraînement de notre entraîneur du conditionnement physique.» 

«C’est essentiellement du gymnase pour rester le plus en forme possible. Personne n’embarque sur la glace.» 

Les joueurs devront aussi faire preuve d’un peu de débrouillardise pour garder la forme. 

«La majorité d’entre eux ont des patins à roues alignées et peuvent s’entraîner dehors. Ils doivent prendre tous les moyens qu’ils peuvent trouver.» 

Changer d'habitudes 

Ce n’est pas évident pour un athlète professionnel de devoir couper sa saison de la sorte, surtout quand on arrive à la fin, à quelques semaines des séries. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit des gardiens pour qui les réflexes sont cruciaux. Mais Jean ne s’en fait pas. 

«Tout le monde sera sur un pied d’égalité, rappelle Jean. Les joueurs aussi vont perdre un peu de leur rapidité d’exécution.» 

«On travaille beaucoup sur la coordination œil-main, avec des balles notamment. Mais c’est pareil pour Sidney Crosby ou Connor McDavid, ils ne seront pas au sommet après un mois. Ça ne se perd pas, ça prend quelques jours et ça revient.» 

Cela dit, il ne se montre pas particulièrement optimiste pour la suite des choses même si la LNH peut probablement repousser la fin de saison jusqu’en juillet. 

«Je ne m’attends pas à ce qu’on recommence avant longtemps. La ligue nous a dit qu’on aurait un petit camp d’entraînement quand on sera prêt à recommencer.» 

Autre univers 

Par ailleurs, au moment de discuter avec Frantz Jean la semaine dernière, il notait un grand décalage entre la situation au Québec et celle qui prévaut dans le sud de la Floride. 

«Il y a deux populations, il y a les personnes âgées qui sont inquiètes et pour qui on réserve des heures d’ouverture spéciales dans les magasins et il y a aussi les jeunes sur le party au spring break. Les plages sont pleines et les jeunes ne comprennent pas les mesures actuelles.» 

Le week-end dernier, les restaurants de Tampa débordaient, mais il y a eu un ralentissement en début de semaine.