Crédit : Dominic Chan / Agence QMI

LNH

Jack Quinn, un espoir qui retient l'attention

Publié | Mis à jour

Le chiffre 50 est symbolique pour les 67’s d’Ottawa. Pour les 50 victoires en seulement 62 matchs cette saison, mais aussi pour les 52 buts de Jack Quinn. 

Au prochain repêchage de la LNH, les 67’s d’Ottawa retiendront l’attention. André Tourigny a prédit que le centre Marco Rossi sortira parmi les cinq premiers et il s’attend aussi à voir Quinn grimper sur l’estrade très rapidement.  

«Jack partira plus rapidement qu’on pense au premier tour, prédit Tourigny. Les équipes parlent de lui et ils espèrent tous qu’il glissera. Mais il y a plusieurs équipes qui le remarquent. Il ne passe pas incognito.» 

Quinn passe un peu dans l’ombre de Rossi, qui a connu une saison du tonnerre avec 120 points (39 buts, 81 passes) en 56 matchs. L’Ontarien n’a pas eu à rougir de sa production avec 89 points (52 buts, 37 passes) en 62 rencontres. 

Plus qu’un marqueur 

Selon la centrale de recrutement de la LNH, Quinn est le neuvième espoir en Amérique du Nord. Dans les différents repêchages simulés, son nom apparaît surtout à partir du 15e rang. 

«Il n’est pas juste un tireur, a noté Tourigny. Jack n’est pas un [Alex] Ovechkin ou un [Patrik] Laine. Pas du tout. Il fonce au filet, il joue devant le gardien en supériorité numérique. Mais il n’est pas non plus un Milan Lucic.» 

«Il a beaucoup de vitesse, des mains agiles et il est un bon passeur. On parle d’un gars complet. Il joue aussi en infériorité numérique. Il peut marquer d’un paquet de façons, il a une belle profondeur. Et ce n’est pas vrai qu’il a produit en raison de la présence de Rossi. À cinq contre cinq, il ne jouait pas avec lui.» 

Né le 19 septembre 2001, Quinn a manqué le repêchage de 2019 par quelques jours seulement. Dans le jargon du hockey, il est donc un «late».