SPO-DÉVOILEMENT DE LA VILLE HÔTESSE DE LA COUPE MEMORIAL 2019

LHJMQ

La LHJMQ jongle avec plusieurs scénarios

La LHJMQ jongle avec plusieurs scénarios

Mikaël Lalancette

Publié 21 mars
Mis à jour 21 mars

En l’espace de quelques jours, le coronavirus nous a tous mis en échec. Plusieurs d’entre vous sont en quarantaine, d’autres ont perdu leur gagne-pain. 

Le sport amateur n’y fait pas exception. Comme tous les circuits de hockey du continent, la Ligue de hockey junior majeur du Québec a dû suspendre ses activités. 

Une cascade de décisions difficiles pour le commissaire Gilles Courteau et les 18 équipes de son circuit. Parmi elles : renoncer à jouer les matchs restants en saison régulière et annuler le gala des Rondelles d’Or, qui récompense les plus méritants de la saison. 

Même le repêchage de la LHJMQ, qui devait être tenu à Sherbrooke le 6 juin prochain, est passé à la trappe. Les joueurs seront repêchés en ligne cette année. 

Les questions demeurent nombreuses.  

Le gouvernement de François Legault nous l’a dit : le confinement pourrait durer des semaines, des mois. 

Est-ce qu’on reverra du hockey cette saison dans la LHJMQ? Je ne veux pas rêver en couleurs. Je suis inquiet. Mais voici quelques réflexions.  

Rien n'est écarté  

Dans le moment, on jongle avec plusieurs scénarios, mais on ne connaît pas deux données très importantes : quand pourra-t-on recommencer et jusqu’à quand pourra-t-on jouer? Avec tout ce qui se passe aux États-Unis, rien n’indique que la Ligue nationale de hockey reprendra ses activités très bientôt. Si la LNH devait repousser la tenue de ses séries cet automne pour gonfler ses revenus, la LHJMQ et les deux autres ligues juniors au pays pourraient compléter leur saison. C'est une fenêtre d'opportunité. 

Tous les scénarios de séries seront étudiés : format 2 de 3, séries à huit équipes, etc. Plus les jours passent, moins le format de 16 équipes en séries dans des 4-de-7 sera envisagé. Je vois mal comment des équipes juniors pourraient accepter le huis clos. Ce n'est pas un modèle économique viable pour du hockey junior. 

Gilles Courteau a une situation plus simple que ses collègues de la Ligue junior de l’Ontario et de celle de l’Ouest : la LHJMQ n’a pas d’équipe aux États-Unis. N'allez pas croire que ça veut dire que le circuit junior québécois pourrait reprendre ses activités plus rapidement pour autant. Les trois ligues juniors au pays n’évoluent pas en vases clos. La LHJMQ ne reprendra pas ses activités toute seule. 

La LHJMQ a renvoyé ses joueurs américains et européens à la maison. Près d’une quinzaine de joueurs sur 40 ont décidé de rester chez nous, mais d’autres quitteront la province dans les prochains jours. Deux constats : ceux qui ont quitté devront être en quarantaine s’ils décident de revenir lors de la réouverture des frontières internationales. Si on rejouait très bientôt, un scénario très improbable, certaines équipes pourraient être privées d’éléments importants. 

Des pertes financières considérables 

Les pertes financières pour les équipes seront considérables. Plusieurs formations parviennent à équilibrer leur budget avec des matchs de séries. Ces revenus aux guichets pourraient bien être perdus. Avec la crise économique à venir, les revenus en commandites seront aussi en baisse. L’appel du premier ministre Legault pour encourager l’achat local devra être entendu par les amateurs du hockey junior : si les partisans veulent garder leur équipe, ils devront les encourager lors de la reprise des activités.  

- Le prochain repêchage de la LHJMQ sera tenu en ligne. La Ligue junior de l’Ontario procède de cette façon depuis 2001. Ce sera intéressant de voir ce que vont décider les autorités du circuit Courteau. Par exemple, permettra-t-on les transactions? L’OHL ne permet pas les échanges lors de ses repêchages. La séance de sélection était une superbe carte de visite pour la LHJMQ. Ce serait dommage de voir ce rendez-vous tomber de façon définitive. 

- Certains amateurs voudraient que les équipes qui ont misé gros cette année soient compensées. Pour le moment, ce n’est pas envisagé. Comment compenser certaines équipes sans en pénaliser d’autres? Bonne chance! 

La proposition la plus intéressante que j’ai vu passer sur les réseaux sociaux : permettre aux joueurs de 21 ans d’évoluer dans les rangs juniors l’an prochain. Ce sont les rangs universitaires qui vont écoper. 

Vous le voyez : beaucoup de questions et peu de réponses.  

Un peu à l'image de cette semaine à oublier.