Canadiens de Montréal

Le joueur électrisant sur le radar de Bergevin

Publié | Mis à jour

Il a été question au début de la saison de l’intérêt que portait les Canadiens de Montréal à l’endroit de l’attaquant russe Konstantin Okulov. Au mois de novembre, le CH était d’ailleurs considéré comme le meneur dans la course pour ses services.      

Disons qu’en cette période de suspension des activités dans la Ligue nationale de hockey (LNH), le directeur général Marc Bergevin a tout le temps du monde pour s’intéresser à ce dossier.          

Le journaliste Marc-Antoine Godin, du site web Athlétique, a d’ailleurs profité de la pause liée à la pandémie de coronavirus pour y aller d’une savante analyse au sujet d’Okulov, qui évolue avec le CSKA de Moscou dans la Ligue continentale (KHL).      

L’avis d’un coéquipier du principal intéressé, l’ancien attaquant de la LNH Linden Vey, a été sondé. Selon Vey, Okulov est l’un des joueurs les plus habiles du CSKA, sinon de la ligue entière.     

«C’est tellement difficile de déterminer comment les choses pourraient se traduire là-bas étant donné que le jeu est tellement différent entre l’Amérique du Nord et ici, mais il a tous les atouts pour être un bon joueur», s’est-il prononcé.      

Si Okulov est décrit comme un excellent passeur et un joueur créatif en possession de la rondelle, il y a un aspect du jeu en particulier qui pourrait compliquer sa transition en Amérique du Nord.      

«Vu que la patinoire est plus grande ici, la force physique est moins mise en valeur, a reconnu Vey, mais dans la LNH, c’est un jeu physique. C’est rapide, c’est physique et je pense que ce serait la plus grande adaptation pour lui. Parce que je pense que tout le reste, il l’a. Il est très habile et très intelligent.»     

L'expert Corey Pronman exprimait certaines inquiétudes l'endroit de l'attaquant de 25 ans lorsqu'il a classé en février les meilleurs joueurs autonomes en devenir à l'extérieur de la LNH. Il avait placé Okulov au 21e échelon parmi 34 joueurs.      

«J'ai un peu l'impression que c'est un joueur se tenant trop à l'extérieur des zones dangereuses qui n'est pas extraordinaire sans la rondelle, avait-il observé. Et sa rapidité (quickness) est moyenne. Je peux envisager qu'il devienne un joueur de la LNH, mais je ne crois pas que c'est une certitude qu'il jouera à temps plein dans cette ligue.»     

Les modèles statistiques sont quant à eux assez optimistes à l’endroit d’Okulov : celui de Byron Bader estime à 46% ses chances de s’établir dans le circuit Bettman, alors que celui de Rob Vollman – qui est cependant vieux de deux ans – indique que sa production dans la KHL depuis la saison 2017-2018 est équivalente à un rendement de 41 points en 82 matchs dans la LNH.     

Une association logique     

La direction du Tricolore a scruté de manière assez agressive le marché des joueurs russes par le passé. Le CH avait été la première équipe sur la trace d’Artemi Panarin avant que ce dernier ne jette finalement son dévolu sur les Blackhawks de Chicago, et Bergevin avait remporté haut la main son pari en embauchant Alexander Radulov à l’été 2016. Plusieurs noms en provenance de la KHL ont par ailleurs été liés à l’organisation au fil des ans.     

Un contingent russe pourrait se former à Montréal si le CH réussit à attirer Okulov. Tout indique qu’Alexander Romanov fera son arrivée en Amérique du Nord, et Bergevin semble optimiste à l’idée de pouvoir rapatrier Ilya Kovalchuk afin que ce dernier puisse jouer un rôle de mentor auprès du jeune défenseur. Romanov et Okulov ont pour leur part été des coéquipiers avec le CSKA au cours des deux dernières années. Okulov et Romanov sont même tous deux des clients de l’influent agent Dan Milstein, ce qui pourrait, qui sait, être l’as dans la manche de Bergevin.