LNH

La LNH n’est pas au bout de ses peines

Publié | Mis à jour

La pandémie provoquée par le coronavirus fait mal à tout le monde et particulièrement aux organisations et fédérations sportives qui sont en arrêt, jusqu’à nouvel ordre. Considérant le fait que l’action ne reprendra pas avant plusieurs semaines, la LNH est en voie d’accuser des pertes considérables.

Dans sa chronique quotidienne à l’émission JiC, Renaud Lavoie explique de quelle manière les pertes de revenus de LNH auront une influence sur les joueurs et les propriétaires.

Notre expert estime que la LNH pourrait perdre entre 250 millions et un milliard de dollars si la crise se poursuit à moyen et long terme. 

Ainsi, l’association des joueurs et les propriétaires doivent activement trouver une solution : «L’objectif est qu’on trouve un terrain d’entente pour régler les montants d’argent qu’il faut remettre aux propriétaires cette année et qu’en même temps, on signe une nouvelle convention collective. Si on n’est pas capable de faire ça, ça va faire très mal aux joueurs et probablement aussi, aux propriétaires.»

Évidemment, la crise n’était pas souhaitée, mais elle pourrait permettre à la ligue de repartir sur de nouvelles bases et s’immiscer parmi les ligues sportives les plus populaires en Amérique du Nord précise Lavoie. 

Toutefois, il sera difficile d’y parvenir sans activité et si l’on en croit les derniers rapports de du Fonds monétaire internationale (FMI), qui indiquent qu’une deuxième vague intensive de coronavirus pourrait se répandre au moment où les vols commerciaux internationaux reprendront, il n’y aura pas de hockey avant longtemps.

Si bien que selon notre informateur, Bill Daly, le bras droit du commissaire Gary Bettman, se concentre déjà sur la saison prochaine puisqu’on sait que le virus va durer longtemps.

Voyez le segment «La mise en échec» dans la vidéo ci-dessus.