Tennis

Tennis: «Comme une onde de choc»

Publié | Mis à jour

En raison de la pandémie de coronavirus qui sévit, toutes les instances du tennis professionnel se sont mises d’accord pour suspendre leurs activités jusqu’au début du mois de juin. Ainsi, toute la saison sur terre battue est de facto annulée. Il n’y a que Roland-Garros, normalement deuxième événement majeur de la saison, qui a repoussé le début de son tournoi à la fin septembre. Et cette décision en a fait sursauter plus d’un. 

En effet, la Fédération française de tennis avait annoncé que Roland-Garros serait désormais disputé du 20 septembre au 4 octobre prochain.  

Toutefois, la décision a semblé été prise d’une manière unilatérale, ce qui a soulevé l’ire de plusieurs. 

«C’est tombé un peu comme une onde de choc, cette décision qui a été prise par la Fédération française (FFT), a souligné Valérie Tétreault, directrice des communications pour Tennis Canada et analyste-tennis à TVA Sports, jeudi, lors de l’émission Salut Bonjour sur les ondes de TVA. Il faut comprendre que les tournois du Grand Chelem ne sont pas gérés par la WTA, l’ATP ou l’ITF. Ils sont tous indépendants. Et ce qu’on a su, c’est qu’au final, cette décision a été prise vraiment par la Fédération française, mais sans consulter les autres circuits et sans consulter les joueurs. Ç’a mis tout le monde un peu dans une drôle de situation. Personne ne s’y attendait.» 

Ainsi, selon le calendrier, le tournoi français aura lieu un peu plus d’une semaine après les Internationaux des États-Unis, une autre compétition d’envergure, mais celle-là, sur surface dure. 

«C’est un changement de surface, a continué Tétreault. Ça entre en conflit avec plusieurs tournois de la WTA, de l’ATP et la Coupe Laver (également). Ce que ç’a créé, c’est un peu plus de discussions au niveau de l’ATP, la WTA et l’ITF. Dans la communication qui a été envoyée hier, c’était très clair que dorénavant, on va s’assurer de mieux communiquer et de faire en sorte que toute la communauté tennis s’aligne sur les décisions qui vont être prises. [...] Je pense que ce sera pour le meilleur pour les amateurs, pour les joueurs aussi et pour les tournois si on est capable un moment donné de s’entendre sur les mesures à prendre.» 

Ainsi, il ne reste plus qu’aux joueurs et joueuses de poursuivre leur entraînement en espérant une reprise des activités le plus rapidement possible. Toutefois, en raison des conditions météorologiques, ce n’est peut-être pas tous les athlètes qui pourront le faire, surtout ici au Canada. 

«Tout le monde est pris au dépourvu en ce moment, a confié Tétreault. On sent que les joueurs comprennent les décisions qui sont prises. On n’a pas vraiment d’autre choix. C’est le cas pour les autres sports. La plupart sont en quarantaine chez eux et s’entraînent comme ils le peuvent en allant courir dehors et en faisant quelques exercices. [...] Il y a plusieurs de nos joueurs qui sont ici au Canada et qui ne touchent pas à leur raquette du tout. Et on ne sait pas combien de temps ça va durer. 

«La plupart des joueurs sont dans l’inconnu et ce n’est jamais rassurant. Je pense que ça va causer des surprises lorsqu’on va reprendre la saison parce que des joueurs ne seront pas prêts.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.