LNH

Jonathan Huberdeau ne la comprend pas

Le joueur des Panthers, qui patiente en quarantaine pendant la suspension des activités de la LNH, s'explique mal l'achalandage sur les plages de la Floride.

Publié | Mis à jour

De retour au pays pendant le congé forcé, Jonathan Huberdeau s’est rapidement plié aux exigences du gouvernement du Québec.     

L’attaquant des Panthers de la Floride est donc en quarantaine pour une durée de 14 jours, lui qui était à l’extérieur depuis l’automne dernier.            

«Ce n’est pas facile. On n’est pas censé être ici au mois de mars, a-t-il admis, jeudi, à «JiC» sur les ondes de TVA Sports. C’est spécial. C’est à cause de quelque chose qu’on ne peut contrôler.     

«C’est rendu au-delà du hockey. C’est planétaire. Il faut penser à tout le monde là-dedans. Le hockey passe en deuxième.»     

L’ancien des Sea Dogs de Saint John est rentré au Québec dimanche soir. Heureusement, il ne ressent aucun symptôme en lien avec l’épidémie de coronavirus et sa quarantaine est volontaire, a-t-il précisé.     

«Aucun symptôme, assure-t-il. On entend que certains en ont, mais ni mes amis ni mes proches n’ont de symptômes pour l’instant.»     

Les plages bondées     

La Floride est un des États les plus populaires pour les activités de la frénétique relâche scolaire du mois de mars («Spring Break») et le fait que les plages ne soient pas fermées rendent cette région encore plus attrayante.      

Les différentes autorités gouvernementales ordonnent d’éviter les rassemblements pendant la pandémie de COVID-19. Or les gens se massent sur le bouillant littoral de l’Atlantique. De la négligence pure. Huberdeau ne la comprend pas, d'ailleurs.   

«C’est difficile. Sur les réseaux sociaux, tu vois beaucoup de choses. Après tu vas dehors, il y a plein de gens sur la plage pour la relâche. Tu ne sais pas comment agir.     

«Je crois que ce serait bon de fermer les plages et de prendre des mesures. Je pense que tout ce monde doit rester chez soi pour l’instant, pour arrêter l’épidémie.»     
Crédit photo : AFP

«Pour la santé des gens»     

En ce qui concerne les activités de la Ligue nationale de hockey, Huberdeau se tient à l’affut des récents développements, mais un retour sur la glace n’est pas garanti d’ici le printemps.     

«Pour l’instant c’est difficile à dire. C’est certain que je voudrais jouer d’ici un mois, mais ça dépend de ce qui arrivera avec le virus. S’il faut annuler la saison, elle le sera.      

«On ne le sait pas vraiment. On en saura un peu plus dans les prochaines semaines.»     

Les Panthers connaissaient une bonne séquence avant que les activités du calendrier soient paralysées. Ils n’étaient qu’à trois points d’une place en séries avec un match en main.     

«On se le disait entre coéquipiers. Avant le match des étoiles, on a eu une bonne séquence et on commençait à mieux jouer avec nos deux victoires de suite.     

«C’est frustrant, mais c’est plus fort que le hockey. C’est pour la santé des gens.»