OLY2020-THAILAND-HEALTH-VIRUS

Crédit : AFP

Sports d'été

Jeux de Tokyo: statu quo

Publié | Mis à jour

En pleine crise du coronavirus, «il n'est pas nécessaire de prendre de décisions radicales», a jugé le Comité international olympique (CIO), à un peu plus de quatre mois de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo.

C’est ce qu’il a annoncé dans un communiqué émis mardi.    

Le CIO, qui a tenu mardi matin une réunion téléphonique de sa Commission exécutive, demeure «pleinement engagé» concernant les JO de Tokyo, prévus du 24 juillet au 9 août, et estime dans un communiqué que «toute spéculation à ce stade serait contre-productive», en référence à un éventuel report ou annulation.

Au moment même où l'UEFA annonçait le report d'un an de l'Euro de soccer, qui devait avoir lieu en juin et en juillet, le CIO ne dévie donc pas de sa route malgré le scepticisme qui monte au Japon et l'appel de plusieurs sportifs à reporter les JO de Tokyo.

Le CIO s'est de nouveau dit «confiant que les nombreuses mesures prises par les autorités dans le monde entier aideront à contenir la situation quant au virus du Covid-19».

L'instance «se félicite» du soutien des dirigeants du G7, citant dans son communiqué le premier ministre japonais, Shinzo Abe, qui souhaite que les Jeux olympiques et paralympiques se déroulent «à la perfection, comme preuve que l'humanité aura su vaincre le nouveau coronavirus».

Alors que des athlètes ont appelé à un report des Jeux, le CIO «encourage tous les athlètes à continuer de se préparer» pour les JO «du mieux qu'ils peuvent».

Et pour répondre aux inquiétudes des fédérations internationales concernant les nombreuses épreuves de qualification qui ont dû être reportées, le CIO les a conviées mardi après-midi à une autre réunion téléphonique.

Car seuls 57% des quelque 11 000 sportifs qui doivent participer sont déjà qualifiés pour les JO, souligne l'instance. 

Pour les 43% de places restantes, le CIO souligne qu'il travaillera avec les fédérations internationales afin d'apporter «les modifications pratiques nécessaires à leurs systèmes de qualification respectifs».