Crédit : Eric Bolte-USA TODAY Sports

Fréderic Lord

C’est 20 pensées – mars 2020 — Tome 2

C’est 20 pensées – mars 2020 — Tome 2

Fréderic Lord

Publié 17 mars
Mis à jour 17 mars

Cette chronique aurait dû paraître plus tôt. Les circonstances l’ont retardée. Je souhaite qu’elle vous divertisse le temps de quelques minutes.     

La première partie est ici.    

10- Au lancement de la saison MLS, j’ai demandé au commissaire Don Garber — au micro de TVA Sports — de qualifier sa relation avec les différentes instances du soccer canadien.      

« Nous sommes très près de l’Association de soccer du Canada. Mais nous n’avons aucune relation avec la Première ligue canadienne (CPL) et je crois qu’elle rate une occasion. Nous devrions tous penser aux meilleures façons de développer le talent canadien et la meilleure façon de le faire, c’est d’avoir une intégration et, en ce moment, cette intégration est inexistante. Ce que j’aimerais réitérer, c’est qu’il existe une ouverture pour que nous travaillions de plus près ensemble pour accroître la place du soccer au Canada. Nous traversons encore des turbulences (« growing pains »), mais nous avons passé à travers tellement d’obstacles au cours des 25 dernières années, je suis certain qu’elles résorberont parce que nous avons tous en tête le meilleur intérêt du sport au Canada. »     

Plusieurs intervenants MLS m’ont souvent paru étonnés par l’attitude « renfermée » de la CPL.      

À mon avis, le commentaire du commissaire est une main tendue vers les instances canadiennes. Quand celui-ci se permet ce genre de propos à un partenaire média national, ce n’est pas anodin...     

11- Olivier Primeau, le propriétaire du Beach club, était dans les passages de Qub Radio pour participer à XI MTL. On a appris qu’il désirait toujours s’engager financièrement avec le Bleu-blanc-noir et devenir un partenaire de Joey Saputo. Le message est passé, Kevin Gilmore a relayé l’information.     

Primeau a lui-même suggéré une participation symbolique de 1 % dans le club pour amorcer une éventuelle association.     

Est-ce une bonne occasion d’affaire pour l’Impact? Sur papier, elle a tout pour plaire en tout cas. Primeau est passé maître dans l’art d’attirer les foules. Non seulement est-il un promoteur d’événement à succès, il réussit à convaincre nombre d’artistes internationaux de mettre Montréal à leur horaire été après été.      

 

12- La façon qu’a Primeau de parler du club suscite sans contredit l’enthousiasme et sa capacité à rejoindre un jeune auditoire, le pain et le beurre de la MLS en général, n’est plus à prouver.      

De plus en plus d’équipes sportives greffent à leur groupe de propriétaires des personnalités qui rayonnent. David Beckham à Miami est l’exemple type, mais on pourrait aussi parler de Will Ferrell au LAFC, Matthew Mcconaughey à Austin, James Harden pour le Dynamo et ainsi de suite.      

Primeau n’a peut-être pas la résonnance d’un Drake (avec les Raptors), mais il peut certainement aider le département marketing du Bleu-blanc-noir.     

 

13- Deux dernières notes à propos de Primeau. Il a plusieurs amis au club autant chez les joueurs que dans l’organisation. Je lui ai aussi demandé s’il serait prêt à recevoir l’ennemi de toujours de l’Impact, Jozy Altidore, à son Beach club. Sa réponse en dit beaucoup sur l’état d’esprit, sur la manière qu’il compte (qu’il mène déjà?) ses affaires...    

  

14- Notre balado XI MTL va observer une pause durant la crise du COVID-19. Dans les circonstances, nous croyons que c’est la responsabilité que nous avons    

  

15- Est-ce que le but de Saphir Taïder face au CD Olimpia mardi dernier est le plus beau de l’histoire de l’Impact (en MLS)? J’ai soulevé la question à chaud dans les couloirs du Stade olympique après le match. Résultat scientifique : il fait assurément partie du Top 3.    

Patrice Bernier s’est transformé en archiviste en relayant via son compte Twitter une série de buts en nominations. Même si la majorité a choisi le but de Marco Donadel contre le Crew de Columbus, mon vote va à Taïder.    

  

16- Une des belles histoires de ce début de saison : le retour au jeu de Florian Valot des Red Bulls de New York.    

Après s’être déchiré le ligament croisé du genou en en 2018, il a subi la même blessure au genou gauche la saison dernière. Résultat, le Français n’a joué que 16 matchs au cours des deux dernières saisons.   

Au premier rendez-vous de l’année, Valot a offert deux passes décisives et 90 minutes de jeu à son entraîneur. Le site Whoscored lui a aussi donné la note la plus élevée de tous les joueurs de la MLS pour ce week-end avec un 9.01 (à titre comparatif, Urruti a obtenu un 8.04).   

  

17- En discutant rapidement avec Valot, je suis revenu sur l’état des lieux dans le New Jersey. Est-ce que les Red Bulls se sont éloignés de leur style la saison dernière. « Pas vraiment, m’a-t-il répondu. Par contre, cette année, on retourne un peu plus sur nos bases de pressing. On a aussi beaucoup de qualité et même si on a des jeunes joueurs, on est dans la continuité (NDLR même s’ils ont perdu dans l’entre-saison leur capitaine Luis Robles). Les Long, Parker, Davis, Royer sont là depuis un moment. »   

  

18- La réputation de Thierry Henry en tant que passionné de soccer (voire nerd) n’est pas surfaite. C’est un plaisir de l’entendre réfléchir ou se remémorer d’anciens matchs de différents championnats.   

Dernièrement, dans une discussion à bâton rompu, il a affirmé que l’édition 2010 du FC Dallas est peut-être la plus belle équipe qu’il ait vu jouer jusqu’ici en MLS. Cette année-là, les Texans avec perdus en finale contre les Rapids du Colorado au BMO Field à Toronto. C’est la dernière fois où l’endroit d’une finale a été programmé à l’avance par la MLS.    

Le FC Dallas comptait à son bord des légendes du circuit comme David Ferreira et Kevin Hartman.   

  

19- J’irais plus loin. Henry est un amateur de sport tout court. Il n’hésite pas à s’inspirer d’autres disciplines pour modeler son style de leadership.    

En ce sens, par l’entremise de Tony Parker, il a maintes fois eu l’occasion de discuter avec l’entraîneur des Spurs de San Antonio, Gregg Popovich. Avec quelque 22 saisons consécutives à la barre des Spurs et cinq titres de la NBA au compteur, « coach Pop » est une légende pour tous les entraîneurs de la planète.    

MATCH-IMPACT-CONCAF
Crédit photo : Dominick Gravel/Agence QMI

  

20- J’en ai parlé en onde à TVA Sports vendredi dernier : la MLS étudie plusieurs possibilités en rapport à la suite de ses activités.    

Aujourd’hui, elle privilégie le report des matchs ou encore le prolongement de sa saison jusqu’en décembre prochain.   

Mais le scénario de la saison écourtée s’impose de lui-même. Le nombre de 22 matchs (12 de moins que les 34 initialement prévus) a été évoqué.   

Ça constituerait un sacrifice énorme de la part des propriétaires qui tirent la plus grande part de leurs revenus des entrées au guichet.    

Ainsi, la MLS pourrait bien faire l’impasse sur plus de 25 % de sa saison.    

À titre comparatif, la Premier League s’est arrêté avec plus ou moins 11 ou 12 matchs à jouer par équipe. On estime à 1,2 milliard d’euros les pertes dues à une éventuelle annulation de la compétition.