Canadiens de Montréal

Les Blues croyaient avoir cédé «un joueur extraordinaire» au CH

Publié | Mis à jour

Il y a 10 ans, Jaroslav Halak connaissait un printemps 2010 magique avec les Canadiens de Montréal avant d’être échangé aux Blues de St. Louis. Yvon Pedneault se souvient très bien des événements qui ont suivi.     

C’est que, quelques jours après la fameuse transaction, Pedneault prenait part à un souper à titre de membre du comité de sélection du Temple de la renommée. Le président des opérations hockey des Blues de l'époque, John Davidson, y était également.        

«Lorsqu’on s’est rencontrés, il s'est empressé de me demander : "Comment trouves-tu Halak?" D’abord, j’ai répondu : "John, bonsoir, comment vas-tu?"», a rigolé l’analyste de TVA Sports, lundi, à l’émission JiC.     

«J’ai poursuivi : "Je pense que vous venez d’obtenir un gardien de but de haut niveau. C’est un gardien de but qui est un battant, un travailleur acharné. Mais n’oublie jamais une chose, cependant. C’est un gardien de but qui a évolué sous les ordres de Jacques Martin et, historiquement, quand on regarde la carrière de Martin, ses gardiens ont toujours été bons."»     

Davidson, lui, jurait pour sa part que le CH avait mis la main sur tout un joueur en Lars Eller.     

«Il m’a dit : "Vous venez d’obtenir un joueur extraordinaire", a raconté Pedneault. Il croyait vraiment qu’Eller allait connaître une bonne carrière dans la Ligue nationale. Il ne s’est pas trompé, sauf que c’est arrivé avec la mauvaise équipe.»    

En 435 matchs avec le Tricolore, Eller a amassé 154 points avant d’être échangé aux Capitals de Washington en retour de deux choix de deuxième tour, lors du repêchage de 2016.     

Le Danois a joué un rôle important dans la conquête de la coupe Stanley des Capitals lors des séries de 2018, récoltant 18 points en 24 matchs, en plus d’être l’auteur du but gagnant lors du match décisif de la finale contre les Golden Knights de Vegas.