Canadiens de Montréal

Halak-Price: aucun débat dans le vestiaire

Publié | Mis à jour

Au printemps 2010, guidés par un Jaroslav Halak acrobatique, les Canadiens de Montréal se permettaient de rêver en grand.      

«Ça prend un gars. Pour nous c’était Halak, s’est souvenu Maxim Lapierre, dans une entrevue à "JiC" à TVA Sports. Je n’avais pas besoin de le regarder sur la patinoire pour qu’il m’inspire confiance.      

Écoutez l'entrevue de Maxim Lapierre à «JiC» dans la vidéo ci-dessus.   

«Juste de voir comment il marchait dans le vestiaire, ce gars-là était en parfait contrôle.»     

Entré en séries par la dernière porte, le CH s’est rendu jusqu’à la finale de l’Association de l’Est, s’inclinant en cinq matchs devant les Flyers de Philadelphie à l’époque du duo Jeff-Carter-Mike Richards.     

Grâce à son brio, le gardien slovaque aura inscrit son nom dans le folklore de la riche histoire du Bleu-blanc-rouge, qui entamait les éliminatoires face aux Capitals de Washington, suprême puissance de l’Est.      

«Il était aussi stressé que moi quand je bois mon café le matin, de dire Lapierre. Il n’avait pas de pression. On se demandait comment l’autre équipe allait faire pour compter un but. C’était impressionnant.      

«Tu vois parfois des gardiens effectuer des arrêts être à bout de souffle ensuite. Pour Jaroslav, ça semblait facile. Il avait l’air de jouer contre des enfants de cinq ans!»     

Jaroslav Halak ou Carey Price? Si le débat était sur toutes les lèvres dans les gradins et sur les tribunes téléphoniques, il n’en était rien dans le vestiaire, jure Lapierre.     

«Pour être honnête, je n’ai jamais vu une telle situation dans le hockey professionnel, assure-t-il. Price se comportait bien et il encourageait Halak. Le but est de gagner peu importe la façon.»     

Crédit photo : Agence QMI

Des moments «magiques»     

Ce printemps-là, Lapierre a enfilé trois buts, dont deux au deuxième tour face aux Penguins de Pittsburgh.     

Même s’il dit avoir vécu des moments «magiques», il reconnait que les performances de son gardien ont rendu possibles les accomplissements qu’il a réalisés.     

«Je suis tellement content d’avoir vécu ça à Montréal, dit-il.     

«Mais tu ne comptes pas de but comme ça si ton gardien n’arrête pas tout, comme Halak le faisait. Ça m’a donné la chance de vivre un moment spécial.»     

L’été précédent, le directeur général Bob Gainey, quelques mois avant de remettre sa démission, a fait des acquisitions qui annonçaient un changement dans l’effectif : il a entre autres greffé les anciens camarades de trio des Devils du New Jersey Scott Gomez et Brian Gionta à son équipe, tout en mettant le grappin sur le franc-tireur Mike Cammalleri sur le marché des joueurs autonomes.     

«C’était inattendu, raconte Lapierre. C’était le sentiment au camp d’entraînement. Il y avait tellement de nouveaux leaders dans le vestiaire et plein de changements. On ne savait pas à quoi s’attendre.     

«Ils nous ont menés dans la bonne direction.»