FBN-SPO-WILD-CARD-ROUND---MINNESOTA-VIKINGS-V-NEW-ORLEANS-SAINTS

Crédit : AFP

NFL

NFL: les joueurs autonomes les plus convoités

Publié | Mis à jour

Durant cette période trouble lors de laquelle le monde du sport est relégué aux lignes de côté en raison de la pandémie du coronavirus, la NFL continuera d’occuper les manchettes avec l’ouverture du marché des joueurs autonomes.  

Sauf avis contraire, bien entendu, la chasse sera déclarée ouverte mercredi, à compter de 16h, mais dès lundi, les équipes et les agents libres peuvent entamer des discussions. Afin de dresser le portrait de la situation, Le Journal de Montréal vous propose les plus gros noms à surveiller parmi les joueurs offensifs.  

Les quarts  

Tom Brady, Patriots, 42 ans 

Voilà la plus grande intrigue sur le marché! Brady dans un autre uniforme que celui des Patriots, est-ce vraiment possible? On le croira seulement si ça se produit... La rumeur l’envoie chez les Raiders pour lancer la saison inaugurale à Las Vegas.  

Sinon, au Tennessee pour rejoindre son bon ami Mike Vrabel. Ou encore avec les Chargers pour donner du mordant à cette équipe qui joue les seconds violons à Los Angeles. Notre prédiction? Brady restera à la maison. 

Dak Prescott, Cowboys, 42 ans 

Prescott figure dans la liste, mais les négociations sont en cours avec son équipe actuelle, les Cowboys, pour en faire un membre de l’équipe à long terme. Et si ces négociations devaient échouer, il est pratiquement assuré que l’organisation le désignera comme «joueur de franchise», ce qui le lirait aux Cowboys pour la saison à venir. Donc, disons que Prescott est un joueur pas vraiment autonome! 

Drew Brees, Saints, 41 ans 

Soit, Brees est agent libre, mais seulement techniquement parlant. Dans les faits, les Saints veulent toujours de lui et il ne veut jouer que pour les Saints. Brees ne tente même pas de marchander sa valeur et à moins d’une catastrophe majeure lors des négociations, il demeurera bien confortable à La Nouvelle-Orléans. L’équipe est toujours aspirante à un championnat et Brees sait que ses chances sont meilleures en restant. 

Philip Rivers, Chargers, 41 ans 

Les Chargers n’ont pas mis de temps à souhaiter au revoir à Rivers après la saison, lui qui est arrivé avec l’équipe en 2004. La rumeur persistante l’envoie rejoindre l’entraîneur-chef Frank Reich chez les Colts, lui qui a été dans le personnel des Chargers de 2013 à 2015. Rivers serait bien protégé à Indianapolis, ce qui n’était plus le cas à Los Angeles. Ses 20 interceptions en 2019 constituent toutefois un pensez-y-bien. 

Ryan Tannehill, Titans, 31 ans 

Voilà une autre situation où il y a fort à parier que l’équipe voudra retenir les services de son quart-arrière. Tannehill, laissé pour mort après des années décevantes avec les Dolphins, a montré une fiche de 7-3 avec les Titans comme partant, lançant au passage 22 passes de touché contre seulement six interceptions. Dans son cas, il faut quand même se méfier de cette miraculeuse saison avant de lui offrir mer et monde. 

Jameis Winston, Buccaneers, 26 ans 

Winston est assurément le quart-arrière le plus polarisant de la ligue. Constamment capable du meilleur comme du pire, il se spécialise dans l’art de commettre revirement par-dessus revirement. Il est devenu le premier dans l’histoire, la saison dernière, à lancer à la fois 30 passes de touché et 30 interceptions. Le talent est là, mais l’intelligence de jeu l’est moins. Les Bucs ont probablement perdu patience. 

Les porteurs de ballon  

Derrick Henry, Titans, 26 ans 

Henry fait partie de ces joueurs qui risquent peu de changer d’adresse. Techniquement, il est agent libre, mais il serait extrêmement étonnant que les Titans ne le désignent pas comme «joueur de franchise» afin de s’assurer de conserver leurs droits sur lui pour la prochaine campagne. Il y a fort à parier que Henry, à la suite de son parcours phénoménal en fin de saison, deviendra vite un riche Titan. 

Melvin Gordon, Chargers, 26 ans 

Les Chargers ont consenti un contrat important au porteur Austin Ekeler, ce qui confirme la sortie de Gordon. Ce dernier a inscrit neuf touchés en seulement 12 matchs la saison dernière et ses 42 réceptions dans cette campagne écourtée prouvent qu’il est toujours une menace dans toutes les facettes du jeu. Pour une quatrième fois en cinq ans, cependant, sa moyenne par course a été inférieure à quatre verges. 

Kenyan Drake, Cardinals, 26 ans 

Après Melvin Gordon, la chasse aux porteurs sur le marché des joueurs autonomes baisse d’un énorme cran cette année. Au rayon des bonnes nouvelles, Drake n’a que 26 ans et a littéralement explosé à son arrivée avec les Cardinals au cours de la dernière campagne. Sa récolte de 817 verges au sol a été sa meilleure à ce jour. Les Cardinals paient déjà chèrement pour les services de David Johnson, qu’ils espèrent relancer. 

Jordan Howard, Eagles, 25 ans 

Howard a connu un début de carrière très productif avec les Bears avant d’être échangé aux Eagles. Avec ces derniers, sa récolte de 525 verges au sol en 10 matchs au sein d’un comité de porteurs montre qu’il peut rendre d’honnêtes services. Il est encore jeune, mais dans la NFL d’aujourd’hui, les porteurs comme lui qui ne contribuent pas au jeu aérien sont peu convoités. Il amènera tout de même une belle profondeur. 

Les receveurs  

Amari Cooper, Cowboys, 25 ans 

Puisque les Cowboys devraient désigner leur quart-arrière Dak Prescott comme joueur de franchise, ils n’ont d’autre choix que de risquer de perdre Cooper, qui a réellement élevé son jeu depuis son arrivée à Dallas. Avec 14 touchés en 25 matchs depuis son arrivée avec cette équipe, qui mise avant tout sur le jeu au sol, Cooper s’est mis en position de décrocher la lune sur le marché. 

AJ Green, Bengals, 31 ans 

Green est un vétéran fiable, mais l’unique question dans son cas est qu’il a raté toute la saison dernière en raison d’une blessure à une cheville. La saison précédente, il n’avait disputé que neuf rencontres et seulement dix deux ans plus tôt, en 2016. Les blessures sont donc devenues un souci important à considérer dans son cas. La rumeur veut que les Bengals lui octroient le contrat de «joueur de franchise» pour la saison à venir. 

Emmanuel Sanders, 49ers, 32 ans 

Sanders est dans la trentaine, un âge où il ne faut pas consentir trop de dollars aux receveurs, mais n’empêche que lorsqu’il est passé de Denver à San Francisco au cours de la dernière saison, il a été très efficace. Il semble donc y avoir encore de l’essence dans le réservoir et la chimie développée avec Jimmy Garoppolo en fait un candidat idéal pour ne pas bouger. Il faudra voir s’il se montrera trop exigeant. 

Robby Anderson, Jets, 26 ans 

Malgré le rendement très inconstant des quarts-arrières des Jets depuis qu’il s’est joint à l’équipe en 2016, Anderson a inscrit 20 touchés en quatre saisons et capté 207 passes. À 26 ans, il n’a peut-être pas encore atteint son plafond en termes de rendement, même si son attitude n’a pas été toujours exemplaire. Dans une équipe qui saurait bien l’encadrer, avec de solides vétérans respectés, il pourrait exploser. 

Austin Hooper (ailier rapproché), Falcons, 25 ans 

À chacune de ses deux dernières saisons avec les Falcons, Hooper a capté plus de 70 passes. Il est plutôt rare que des ailiers rapprochés dans la mi-vingtaine, montrant une telle production, deviennent disponibles. Pourtant, les Falcons ont confirmé qu’ils le laisseraient tester le marché. Il y a fort à parier que Hooper deviendra rapidement multimillionnaire. 

Eric Ebron (ailier rapproché), Colts, 26 ans 

L’histoire de la carrière de Ebron, c’est une grosse saison, en 2018. Mais quelle saison, avec 66 réceptions, 750 verges et 13 touchés! Un certain Andrew Luck était toutefois le quart-arrière et depuis la retraite prématurée de ce dernier, l’an passé, la production de Ebron a chuté. À ses quatre campagnes précédentes à Detroit, il ne répondait pas aux attentes élevées placées en lui. Il demeure un ailier rapproché dangereux. 

Les joueurs de ligne offensive  

Jack Conklin (bloqueur), Titans, 25 ans 

Les Titans souhaitent assurément garder leur bloqueur à droite parmi leurs effectifs, mais la tâche se complique avec d’autres gros dossiers à régler (Ryan Tannehill et Derrick Henry). Conklin est le meilleur bloqueur disponible sur le marché et même s’il est plus redoutable en situation de course que de protection de passe, il trouvera rapidement preneur si les Titans n’agissent pas promptement. 

Anthony Castonzo (bloqueur), Colts, 31 ans 

Castonzo a mis un peu de temps à performer, mais depuis quelques saisons, il n’y a plus de doute sur son rendement. Après la dernière campagne, il a toutefois indiqué qu’il songeait à la retraite. Il s’est ravisé depuis et les Colts estiment qu’ils seront en mesure de s’entendre avec lui.  

Si toutefois il se retrouve libre, il risque d’y avoir surenchère pour ses services, mais les Colts ont l’espace nécessaire sous le plafond salarial. 

Joe Thuney (garde), Patriots, 27 ans 

Thuney est un garde fiable qui s’est constamment amélioré depuis son arrivée avec les Patriots. Toutefois, ceux-ci ont de gros dossiers à régler et s’ils souhaitent ramener Tom Brady, ils devront débourser pour lui fournir plus de munitions offensives en termes de receveurs.  

Les Patriots n’ont jamais hésité à laisser filer des joueurs de ligne offensive dans la fleur de l’âge et en ont rarement ressenti les contrecoups. 

Bryan Bulaga (bloqueur), Packers, 30 ans 

Bulaga a été en mesure d’occuper son poste sur le flanc droit durant toute la saison dernière, lui qui montre un historique plutôt important de blessures au cours de sa carrière. Il aura 31 ans cette saison et les Packers pourraient être poussés à regarder ailleurs.  

La tentation de le ramener et d’ainsi offrir à Aaron Rodgers les cinq mêmes partants sur la ligne pour une deuxième saison de suite pourrait changer la donne. 

Autres noms à surveiller  

En dehors des joueurs plus connus qui commandent souvent des investissements astronomiques, il existe d’autres joueurs intrigants qui sont à considérer s’ils ne se montrent pas trop gourmands. 

Marcus Mariota, Titans, 26 ans 

Qui aurait cru que Mariota se retrouverait dans cette position après un début de carrière prometteur? Il deviendra un réserviste de luxe qui a encore un potentiel de quart partant. 

Breshad Perriman, Buccaneers, 26 ans 

Perriman a ressuscité sa carrière lors de ses deux derniers arrêts à Cleveland et à Tampa. Sans parler d’un sublime receveur, il est dangereux sur les longs jeux avec 16,4 verges par réception. 

Teddy Bridgewater, Saints, 27 ans 

Bridgewater est encore assez jeune et il a bien joué en remplacement de Drew Brees pendant cinq matchs la saison dernière. Comme partant à long terme, c’est tout de même un pari risqué. 

Nelson Agholor, Eagles, 26 ans 

Ce receveur a quelques fois montré des signes encourageants à Philadelphie, mais ses mains trouées lui jouent des tours. Un changement d’air ferait-il du bien? 

Josh Gordon, Seahawks, 28 ans 

L’histoire se répète avec ce receveur ultra talentueux, mais hanté par des problèmes récurrents de consommation. À ce stade-ci, il doit être embauché au salaire minimum. 

Carlos Hyde, Texans, 29 ans 

Il a 29 ans, mais il vient de franchir le plateau des 1000 verges au sol pour la première fois de sa carrière. Dans un comité, il peut encore rendre de fiers services.