Canadiens de Montréal

Les Canadiens rassurent leurs employés

Publié | Mis à jour

Un élan de solidarité frappe la majorité des équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH). Le Canadien de Montréal a emboîté le pas, dimanche, en annonçant des mesures de soutien pour les employés touchés par la suspension des matchs.

Les employés ayant droit à des prestations d’assurance-emploi recevront une compensation qui leur permettra de gagner 95 % du salaire prévu pour les matchs annulés. Cette cible de 95 % est le maximum permis pour qu’un travailleur puisse toucher à ses primes d’assurance-emploi.

Les employés qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi obtiendront pour leur part 75 % de leur salaire prévu. Pour cette catégorie, on fait référence aux employés pour qui les matchs au Centre Bell représentent une deuxième source de revenus.

Ces mesures toucheront les 1200 employés à l’événement comme les placiers, les travailleurs à la restauration et les agents de sécurité. Le programme d’aide servira aussi aux employés du Rocket de Laval, l’équipe-école dans la Ligue américaine.

«Notre industrie traverse une période difficile et nos employés sont durement affectés par les récents événements, a déclaré Geoff Molson dans un communiqué. Le Club de hockey Canadien et l’organisation du Rocket tenaient à déployer les moyens nécessaires afin de contribuer à alléger l’impact de cette situation très particulière sur nos employés, que je tiens d’ailleurs à remercier sincèrement pour leur compréhension et collaboration.»

D’ici la fin de la saison, le Canadien devait jouer quatre autres rencontres au Centre Bell, alors que le Rocket avait huit autres matchs à son calendrier de la Place Bell.

Geste salutaire

Une hôtesse dans les loges du Centre Bell, qui a voulu garder l’anonymat, se réjouissait de cette annonce du Canadien.

«Pour la plupart des gens, c’est un travail secondaire. Avec le Canadien qui n’est jamais constant, ça te prend autre chose, sinon tu n’arrives pas. Mais c’est certain que c’est un travail qui arrondit les fins de mois. On compte là-dessus pour le loyer et les factures.

«On comptait quatre matchs du Canadien et la semaine de compétition de patinage artistique. C’est environ 2000 $ qu’on n’avait plus. C’est une belle somme d’argent et, quand tu ne t’y attends pas, c’est vraiment plat.