LNH

La malédiction torontoise se poursuivra-t-elle?

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Une étrange et préoccupante tendance à saveur torontoise se poursuivra si la saison de la NBA tombe à l’eau cette année à cause de la pandémie de coronavirus. 

Effectivement, les grandes premières de l’histoire sportive de la métropole ontarienne ne semblent pas du tout sourire au monde du sport.   

Au hockey, les Maple Leafs ont amorcé leur récolte de coupes Stanley en 1918; un an plus tard, la grande finale opposant le Canadien de Montréal aux Metropolitans de Seattle n’a pu être complétée en raison de la grippe espagnole. 

Puis, au baseball, les Blue Jays ont décroché les deux titres de la Série mondiale de leur histoire en 1992 et 1993.  

L’année suivant ce doublé, le calendrier régulier des ligues majeures a cessé en août et les séries éliminatoires n’ont pas été disputées, une grève des joueurs ayant paralysé les activités du circuit. 

Maintenant, il reste à voir si la conquête des Raptors de 2019 - leur première à vie - aura les mêmes «conséquences» sur la NBA dont la saison est désormais menacée par la COVID-19.  

La ligue a interrompu ses activités mercredi après que Rudy Gobert, du Jazz de l’Utah, eut été testé positif au coronavirus.