Ski et planche

Ski de fond: Québec toujours dans la ligne de mire

Publié | Mis à jour

La décision inévitable d’annuler la présentation de la Coupe du monde de Québec ne défavorisera pas Québec sur l’échiquier futur du ski de fond, bien au contraire. 

«Ce qui s’est passé cette semaine ne doit pas avoir d’impact sur les décisions du futur. Pour moi, c’est très clair», a statué le représentant de la FIS, Pierre Migneray.  

«Il y aurait eu inquiétude si l’organisation n’avait pas pris ses responsabilités et qu’elle n’avait pas pris la décision douloureuse d’annuler. Si cette décision n’avait pas été prise, ça aurait pu créer un sentiment négatif, au sein des nations qui font le calendrier de l’organisation de Québec. Là, il n’y a pas de reproche possible à adresser à l’organisation et il n’y aura pas d’influence négative future sur les décisions à prendre», a-t-il assuré. 

Annonce à l’automne? 

Pour l’instant, la saison de Coupe du monde en ski de fond prend abruptement fin et il n’est pas encore question de confirmer quelque événement que ce soit pour 2021. Les décideurs de la FIS doivent normalement tenir leur prochain congrès en mai, en Thaïlande, mais le contexte actuel lié à la propagation de la COVID-19 rend la tenue de l’exercice incertaine. 

Selon M. Migneray, il est plus probable que des annonces concernant le prochain calendrier surviennent à la fin septembre. 

Gestev en mode attente 

De son côté, Gestev estime que l’événement, qui en aurait été à sa cinquième édition, ne peut que revenir sur les Plaines. 

«On a installé une première en présentant des Coupes du monde en milieu urbain en Amérique du Nord. Ça n’existait pas avant 2012 quand on l’a fait la première fois. Les gens vont comprendre qu’on se trouve dans une situation extraordinaire avec les conséquences de la COVID-19 et toute la cascade qui s’enchaîne. Les athlètes vont quand même continuer de nous donner une bonne note», a souligné Marianne Pelchat, en spécifiant que Gestev est «ouverte aux affaires».