HKN-SPO-WINNIPEG-JETS-V-EDMONTON-OILERS

Crédit : AFP

LNH

L'organisation des Jets sévèrement critiquée

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Il n’y a pas que les hockeyeurs qui sont affectés par la décision de la suspension de la saison dans la Ligue nationale de hockey. Les employés des différents amphithéâtres, que ce soit à Montréal ou ailleurs, le sont aussi, eux dont les emplois sont menacés en ce temps de crise du coronavirus.

À propos, une déclaration de Mark Chipman, président du groupe True North Sports & Entertainment et propriétaire des Jets de Winnipeg, a été reçue très négativement par la communauté.

«Ces gens ont des ententes à temps partiel. Ils travaillent quand nous travaillons. Alors, de façon regrettable, ces personnes ne recevront pas d’appel pour travailler, du fait que nous ne présentons pas de matchs ou de spectacles», a déclaré l’homme de 60 ans, jeudi, en conférence de presse.

Environ 1200 employés à temps partiel travaillent généralement au Bell MTS Place. Pendant cette pause des activités, ceux-ci ne seront pas payés.

Jeff Veillette, du blogue "The Faceoff Circle", a fait remarquer que l’un des actionnaires principaux des Jets est l’homme d’affaires David Thomson, qui est connu comme étant la personne la plus riche du Canada. Sa fortune s’élèverait en effet à 37,8 milliards $.

«Si les propriétaires des Jets perdaient 10 millions $ en raison du COVID-19, ce serait comme si quelqu’un possédant 1000 $ perdait 25 sous, a écrit Veillette sur son compte Twitter, suggérant une compensation monétaire aux employés touchés. Si un employé à temps partiel perdait 1000 $ à cause de ça, ça fait une différence dans le paiement de son loyer.»