Boxe

Beterbiev: le combat n'aura pas lieu à Québec

Publié | Mis à jour

Le gala de boxe mettant en vedette le Russe Artur Beterbiev, le 28 mars, ne sera pas présenté à Québec.   

Bernard Barré, vice-président, opérations et recrutement du Groupe GYM, a indiqué vendredi matin, à l’émission «les Partants», que le gala était annulé. Le promoteur Yvon Michel a cependant indiqué, plus tard en matinée, que «la décision officielle n’a pas été encore été prise par les organisations» impliquées, bien qu'il soit effectivement possible que le gala soit annulé ou reporté.     

En soirée, le «Journal de Montréal» a avancé que le combat n'aura pas lieu dans la Veille capitale. Le choc pourrait toutefois avoir lieu aux États-Unis, à huis clos.

«Nous espérons tous pouvoir trouver une solution pour que mon combat du 28 mars ne soit pas aussi annulé», a souhaité Beterbiev, sur son compte Twitter.  

Bernard Barré, vice-président, opérations et recrutement du Groupe GYM, avait déjà indiqué vendredi matin, au réseau TVA Sports, que le gala était annulé. Le promoteur Yvon Michel a cependant dit, plus tard en matinée, que «la décision officielle n’a pas été encore été prise par les organisations» impliquées, bien qu'il soit effectivement possible que le gala soit annulé ou reporté.  

Beterbiev, champion WBC et IBF des mi-lourds, doit défendre ses titres devant le Chinois Meng Fanlong au Centre Vidéotron dans un gala qui devait aussi mettre en vedette le poids lourd montréalais d’origine colombienne Oscar Rivas.  

Ce gala de boxe serait le quatrième à être annulé au Québec dans les derniers jours en raison de l’épidémie de coronavirus qui commence à frapper le continent.  

«On était partis pour vivre un mois de rêve», a souligné celui qui est aussi analyste de boxe.  

«On a eu quatre chutes au tapis, notre semaine de rêve en est une de cauchemar», a également imagé M. Barré.  

Lourdes pertes financières  

Ces annulations, qui touchent aussi Eye of the Tiger Management, entraîneront évidemment de lourdes pertes financières pour beaucoup de monde.  

«D'un autre côté, on se dit que c'est la santé [...] on a tous des parents et des grands-parents, c'est notre responsabilité à tout le monde de s’assurer que tout se passe bien», a rappelé M. Barré.  

Les boxeurs impliqués dans ces événements sont les autres grands perdants de cette triste situation.  

«Les athlètes ont travaillé fort!», a rappelé l’analyste, soulignant au passage que Beterbiev avait payé six partenaires d’entraînement durant sa préparation.  

«Ça fait vraiment mal au sport», a-t-il également mentionné.  

«Il faut être fort mentalement pour être capable de passer par-dessus ça.»