Impact de Montréal

«Des erreurs d’école»

Selon Thierry Henry, l'impact s'est tiré dans le pied, rendant la suite des choses un peu plus compliquée.

Publié | Mis à jour

L’Impact s’est incliné 2 à 1, mardi soir, devant le CD Olimpia, dans le match aller des quarts de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF. L’entraîneur-chef de l’équipe, Thierry Henry, a attribué la défaite des siens à deux facteurs qui devront être améliorés si elle veut espérer l’emporter dans le match retour au Honduras.

Non, Henry n’a pas voulu mettre une partie du blâme sur les arbitres qui n’ont pas accordé un tir de pénalité au Onze montréalais, après que le défenseur Maylor Nunez ait bloqué le tir d’Anthony Jackson-Hamel avec son bras. Geste assez flagrant par ailleurs. Sauf que l’entraîneur français n’a pas voulu commenter.

À son avis, ce n’est pas en se plaignant du travail des officiels que son équipe règlera ses problèmes, mais plutôt en évitant de reproduire les erreurs qui lui ont couté le match. «On ne peut pas prendre les buts qu’on a pris, tout simplement» a-t-il dit mentionné en conférence de presse.

La légende du soccer a parlé des «erreurs d’écoles», qui ont été à l’origine des deux buts que l’Impact a accordés : «Tu te fais contrer sur un corner en première mi-temps et l’autre but, on savait qu’ils allaient jouer long. Tu ne peux pas avoir deux joueurs qui sautent sur le même ballon. Un saute, l’autre couvre.»

L’autre facteur est la vilaine tendance de l’équipe à ne pas jouer pendant 90 minutes. Pendant une certaine partie, ils excellent, comme en deuxième demie, et à d’autres moments, ils perdent leurs repères, comme en première demie : «Il faut bien jouer pendant 90 minutes. Il faut apprendre, on est en train de progresser» a affirmé Henry.

La mission en vue du match retour est claire : être plus entreprenants et tenter plus de frappes au filet. «Ça ne va pas être évident, mais on va essayer de le faire.»

Voyez le point de presse de Thierry Henry dans la vidéo ci-dessus.