Canadiens de Montréal

COVID-19: pas question de demander l’annulation des matchs du CH

Publié | Mis à jour

Pas question pour l’instant de demander l’annulation de matchs de hockey du Canadien à domicile en raison du coronavirus, mais tous les événements sportifs seront évalués au cas par cas, a indiqué le cabinet de la ministre de la Santé.  

«Les rassemblements internationaux sont évalués au cas par cas. Les autres événements sportifs ou rassemblements sont évalués au cas par aussi. La situation change et évolue. Mais pour l'instant, on n'en est pas là [à annuler d'autres événements]», a précisé le porte-parole de la ministre de la Santé, Alexandre Lahaie, lorsque questionné à ce sujet.  

• À LIRE AUSSI: Un premier match à huis clos dès jeudi  

• À LIRE AUSSI: Les trois galas de boxe annulés   

De passage à «Dave Morissette en direct» en soirée, notre journaliste Renaud Lavoie a indiqué que «la différence c'est que le Canadien a mis, aussi, en place depuis le début de la semaine, un système pour s'assurer que tout, tout, tout soit nettoyé après chaque rencontre».  

Le CH a d'ailleurs été l'une des premières équipes a appliquer ce genre de mesure dans son amphithéâtre, a-t-il également précisé. 

Voyez l'ensemble des explications de Renaud Lavoie dans la vidéo principale. 

Québec a annoncé mercredi l’annulation des Championnats mondiaux de patinage artistique, qui devaient se tenir à Montréal dès la semaine prochaine, pour tenter de contenir la propagation du coronavirus.  

Or, tous les évènements sportifs d’envergures ne devraient pas connaître le même sort.  

D’ailleurs la Coupe du monde de ski de fond, qui aura lieu à Québec en fin de semaine, est toujours maintenue.  

L’évènement, qui se tient à l’extérieur, est beaucoup moins à risque en raison de l’espace dont disposent les participants, a expliqué en conférence de presse, à l’Assemblée nationale, le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda.  

«On n’est pas en train de faire du hockey avec la chambre des joueurs où tout le monde est collé et tout ça. Le ski de fond, c’est à l’extérieur, ce n’est vraiment pas la même affaire que de se retrouver dans une salle fermée où on fait du ping-pong, etc.», a indiqué le Dr Horacio Arruda.  

Mais la situation pourrait évoluer rapidement.  

«Dans trois semaines ou un mois, si la situation est complètement différente, on pourrait décider qu’un évènement extérieur autour d’une montagne de ski, ce n’est pas nécessaire», a-t-il ajouté.  

Dr Horacio Arruda invite tout de même les organisateurs d’évènements à renforcer leurs pratiques d’hygiène en fournissant des moyens pour ce faire, incluant «du savon, de l'eau, du rince-mains antiseptiques».  

Il est également suggéré de prévoir un lieu où les personnes qui développeraient des symptômes de toux pendant l’évènement, par exemple, puissent être isolées et prises en charge et d'encourager l'utilisation de pratiques alternatives au contact direct.  

«Ce n'est pas nécessaire de donner des poignées de mains à 3 000 personnes, d'éviter le partage de nourriture, des breuvages ou [de] ne pas mettre tout le monde à la même place pour les points de service, les bars», a énuméré Dr Horacio Arruda.