SPO - coupe de memorial

Crédit : John Morris / Agence QMI

LHJMQ

Pas de danger pour la coupe Memorial

Kevin Dubé

Publié | Mis à jour

Le premier décès en sol canadien lié au COVID-19, annoncé lundi en Colombie-Britannique, ne devrait pas changer les plans de la Ligue canadienne de hockey (LCH) de présenter le tournoi de la coupe Memorial dans cette province, à Kelowna, du 22 au 31 mai prochains.

Lundi, les dirigeants de la LCH étaient encore à l’analyse de la situation. Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, la situation n’aura pas d’impact sur le tournoi de mai tant et aussi longtemps qu’elle demeure comme elle l’est actuellement. Toutefois, aucune décision officielle n’avait été prise au moment de mettre sous presse.

Le caractère national — et non international — de la coupe Memorial rend le risque de propagation moins élevé que pour les différents événements annulés au cours des dernières semaines, dont le Championnat mondial de hockey féminin.

«La situation est suivie de près», explique de son côté le directeur des communications de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Maxime Blouin, bien au fait de la situation. «Toutefois, la grande différence avec les autres événements annulés récemment est qu’il n’y aura pas d’équipes de régions infectées présentes en raison du caractère national de l’événement.»

Rappelons que le Championnat mondial de hockey féminin a notamment été annulé cette semaine en raison de la menace de propagation du coronavirus.

Assurant ne pas céder à la panique liée au coronavirus, la LHJMQ a tout de même envoyé lundi un mémo aux 18 formations du circuit afin de les sensibiliser et de les préparer à d’éventuels cas qui pourraient toucher la LHJMQ.

Le protocole, destiné aux employés de la ligue, à ceux des équipes, ainsi qu’aux joueurs, vise surtout à rappeler les bonnes mesures d’hygiène, incitant notamment les joueurs à utiliser leur propre bouteille d’eau lors des matchs ou des entraînements, à désinfecter souvent les surfaces qui sont touchées fréquemment et à ne pas cracher dans la chambre ou sur les planchers.

Ceci, en plus des recommandations générales, qui ne sont pas strictement liées au sport, telles que se laver les mains souvent, se couvrir la bouche en éternuant ou rester à la maison en présence de symptômes.

Pas de panique

La Ligue recommande également aux équipes de fournir plus de serviettes sur le banc des joueurs afin d’éviter qu’elles soient utilisées par plus d’un joueur.

«De notre côté, il n’y a pas de panique, mentionne Maxime Blouin. Tout le monde du sport prend ça au sérieux et nous aussi. Les agences de santé publique veulent qu’on soit un modèle en termes d’hygiène. Même si les cas de coronavirus ne touchent pas les athlètes de haut niveau, on veut envoyer un message à la société qu’on prend ça au sérieux.»