Canadiens de Montréal

L'option méconnue dans le dossier Cole Caufield

Publié | Mis à jour

Trois options s’offrent à Cole Caufield maintenant que sa saison est terminée dans le circuit collégial américain (NCAA). Bien entendu, il peut disputer une autre saison avec l’Université du Wisconsin ou rejoindre soit les Canadiens de Montréal, soit le Rocket de Laval. Mais il y a une autre possibilité plutôt méconnue : opter pour une année dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL), où ses droits sont détenus par les Greyhounds de Sault Ste. Marie. 

L’espoir du Tricolore rencontrera le directeur général Marc Bergevin au cours de la semaine, a pu confirmer le Journal de Montréal. Les deux parties devront convenir de l’avenue à emprunter, mais il semble que le CH favorise une saison supplémentaire dans la NCAA.   

«Dans les discussions que j’ai eues avec Marc Bergevin, l’organisation penchait beaucoup plus [vers cela]», a révélé Renaud Lavoie, lundi, à l’émission Les Partants.  

«Voici comment ça va fonctionner cette semaine : Bergevin va rencontrer Caufield, ses parents et probablement son conseiller, Pat Brisson, a expliqué le journaliste de TVA Sports. À partir de ce moment, on va prendre une décision finale. Si Caufield dit : "Moi je ne veux plus jouer dans le hockey universitaire", il a encore l’option de jouer dans le hockey junior ontarien. C’est une possibilité pour lui.» 

Lavoie a exprimé une inquiétude dans le dossier Caufield : le faire passer immédiatement chez les professionnels pourrait le placer dans une situation délicate face à des athlètes de grande carrure. Caufield ne mesure après tout que 5 pi 7 po.  

«Gionta est arrivé dans la LNH à 22 ans, a rappelé Lavoie. Je ne dis pas que dans le cas de Caufield, ça devra être la même chose. Ce sont deux joueurs qui sont différents quand même. Mais est-ce qu’aller dominer une autre année dans la NCAA serait quelque chose de désastreux pour lui? Absolument pas. Je vais vous avouer que j’espère qu’il prendra cette décision.»

«L’aspect physique est très important, a-t-il poursuivi. Qu’est-ce qui arrive si on le lance dans une ligue d’hommes? Parce que la Ligue américaine, c’est une ligue d’hommes. Qu’est-ce qui arrive s’il commence à se faire frapper solidement par des gars qui ont deux fois sa grosseur? Je ne veux pas dramatiser la chose, mais un gars de 5 pi 7 po avec des gars de 6 pi 1 po, 6 pi 2 po qui sont mûrs physiquement... Je pense qu’on devrait faire attention.»  

Voyez l’intervention de Renaud Lavoie à l’émission Les Partants dans la vidéo ci-dessus.