HKN-HKO-SPO-2019-NHL-DRAFT---PORTRAITS

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Caufield rencontrera Bergevin cette semaine

Publié | Mis à jour

Il y a moins de trois mois, Marc Bergevin parlait avec une poignée de journalistes au Rogers Arena de Vancouver. Il n’y avait plus de caméras quand Bergevin racontait l’une de ses visions pour l’avenir de son équipe.     

«J’imagine Cole Caufield sur le flanc gauche en supériorité numérique et il décoche un tir sur réception après une passe précise de Nick Suzuki. Caufield est un marqueur et Suzuki a une très belle vision du jeu. Ça pourrait marcher.»          

C’était le 16 décembre, soit une dizaine de jours avant la présentation du Championnat du monde de hockey junior. Et c’était bien avant l’élimination hâtive des Badgers du Wisconsin contre les Buckeyes d’Ohio State, dans la NCAA.     

Près de trois mois plus tard, le directeur général du Canadien a probablement encore le même fantasme. Il doit parfois rêver au jour où Caufield remplira le filet de l’équipe adverse sur une passe de Suzuki, Jesperi Kotkaniemi ou un plus vieux joueur du CH. Mais Bergevin pourrait bien repousser ce plan d’avenir à plus tard qu’il l’envisageait au départ.     

Bergevin rencontrera son jeune espoir cette semaine afin de discuter de ses plans d’avenir. Le DG du CH a confirmé cette information au Journal, dimanche.      

Caufield, qui a vu sa saison se terminer en fin de semaine avec les Badgers du Wisconsin, aura à trancher s’il prolonge sa carrière universitaire ou s’il choisit de signer un premier contrat professionnel avec le Tricolore.     

Pressé     

Depuis le repêchage à Vancouver, Caufield a toujours manifesté son désir de faire le saut chez les professionnels le plus rapidement possible. Le 15e choix au total au dernier encan n’a pas l’intention de s’éterniser sur les bancs d’école au Wisconsin. Il l’a dit plus d’une fois.     

«J’aimerais gagner un poste avec l’équipe dès cette année, avait-il dit dès le premier jour du camp de développement du Canadien, le 26 juin dernier. Si je n’avais pas cette mentalité, je n’aurais pas ma place ici.»     

Caufield n’a jamais eu la chance de se battre pour un poste, ne participant pas au camp du CH. Et il pourrait bien revivre le même scénario au prochain camp.     

Crédit photo : STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Prudent     

Dans une récente entrevue accordée au collègue Mathias Brunet de La Presse, Bergevin a dévoilé une partie de son plan avec le petit ailier droit de 5 pi 7 po et 163 lb.     

«Cole Caufield connaît une bonne année [dans la NCAA]. Mais à nos yeux, il n’est pas prêt. On va prendre une décision à la fin de l’année. S’il veut vraiment quitter le collège, on ne le forcera pas, mais on va lui recommander de rester [au Wisconsin].      

«Ça ne veut pas dire que c’est une déception. On vise le mieux pour son développement à long terme. On a encore des discussions à l’interne. C’est possible aussi qu’on le voie à Laval [dans la Ligue américaine] l’an prochain. Mais Laval aussi, ça va être difficile. C’est une ligue d’hommes.»     

Depuis la publication de ce reportage, Bergevin a insisté sur le fait qu’aucune décision n’était coulée dans le béton. Le CH pourrait toutefois regarder en direction de Jesperi Kotkaniemi, le troisième choix au repêchage de 2018, pour se poser de sérieuses questions. Il n’y aurait rien de mal à retourner Caufield pour une autre saison avec les Badgers.     

36 points en 36 matchs     

À sa première saison dans la NCAA, Caufield a terminé au sommet des marqueurs de son équipe avec 36 points (19 buts, 17 passes) en autant de rencontres. Il a ainsi réussi à produire à un rythme d’un point par match même s’il n’avait que 18 ans.     

Alex Turcotte, le cinquième choix au total des Kings lors du dernier repêchage, n’a pas maintenu la même cadence avec les Badgers, terminant l’année avec 26 points (9 buts, 17 passes) en 29 matchs.     

Seul Alex Newhook, un choix de premier tour de l’Avalanche du Colorado en 2019, a obtenu plus de points que Caufield parmi les joueurs nés en 2001 qui se retrouvent déjà au sein de la NCAA. Newhook a récolté 42 points (19 buts, 23 passes) en 34 matchs avec Boston College.     

Si Caufield a présenté de bonnes statistiques sur le plan offensif, il y a plus de réserves sur son jeu défensif et sa capacité physique. Il faut rappeler qu’il n’a rien d’un géant à 5 pieds 7 pouces.     

Sur la scène internationale, il a également connu un Mondial junior assez discret avec seulement deux points (1 but, 1 passe) en cinq matchs sous les couleurs de l’équipe américaine.     

S’il choisit de parapher un contrat immédiatement avec le Canadien, Caufield pourrait terminer l’année à Montréal. Il renoncerait ainsi à sa carrière universitaire avec les Badgers du Wisconsin. 

Caufield pourrait aussi terminer la saison avec le Rocket de Laval, mais il devrait alors signer un contrat de la Ligue américaine pour la fin de l'année. Il pourrait ensuite signer son contrat d'entrée dans la LNH l'automne suivant.