Canadiens de Montréal

Anthony Mantha : la prochaine cible de Bergevin?

Publié | Mis à jour

Malgré une blessure sérieuse subie en décembre, l’attaquant des Red Wings de Detroit Anthony Mantha n’a pas ralenti pour autant depuis son retour au jeu, le 11 février, comme le démontrent ses 13 points en autant de matchs, pour un total de 16 buts et 37 points en 42 sorties.   

Même s’il a dû soigner un poumon perforé, l’attaquant longueuillois pourrait bien terminer la saison avec une récolte quasi identique à celles des 24 et 25 buts qu’il a conclues au cours des deux dernières années.       

Et ça tombe bien, puisqu’il doit négocier un nouveau contrat en vue de l’an prochain, lui qui pourrait devenir joueur autonome avec compensation en juillet. Selon lui, les négociations seront ardues avec son directeur général, qui devra régler les dossiers de sept autres joueurs dans pareille situation avec un coussin de près de 37 millions sous le plafond salarial.   

«Ce sera compliqué, a-t-il confié au Detroit News, au cours de la semaine. Ce n’est pas entre mes mains. Mon agent et Steve Yzerman devront se parler. Peut-être l’ont-ils déjà fait. Je ne sais pas...»    

L’ancien des Foreurs de Val d’Or espère apposer sa signature au bas d'un pacte de plusieurs saisons et ainsi éviter d’avoir son autonomie complète dans deux ans.    

«Je veux demeurer ici à long terme. J’aimerais ça, c’est sûr. On verra ce qu’ils m’offriront cet été.»   

Dernière année de contrat   

Il y a fort à parier que la prochaine entente de Mantha lui rapportera plus que les 3,3 millions $ qu’il aura empochés à la dernière année du pacte de deux ans. Le fait d’avoir été blessé, selon lui, n’aide pas sa cause.   

«C’est difficile d’établir des bases. J’ai tellement raté de rencontres que ce sera difficile d’en venir à une entente avant la fin de la saison. Nous verrons pendant l’été.   

«J’espère que tout se fera rapidement et que je serai ici pour longtemps», a-t-il réitéré.   

Les Red Wings (16-48-5) connaissent une des pires campagnes de leur histoire.    

Bons derniers au classement général, le surnom peu flatteur de «Dead Wings» leur a été donné à Detroit. Ils pourraient bien gagner la loterie du repêchage en avril, mais il faudra beaucoup plus que l’arrivée d’un espoir de premier plan pour relancer cette concession.   

Une offre hostile du CH?   

À travers la tempête, Mantha veut faire partie de la solution et redonner aux Wings leurs lettres de noblesse.   

«Je veux que cette équipe soit compétitive, assure-t-il. Nous avons un bon noyau de jeunes et nous pouvons assurer la transition (vers une organisation gagnante).»   

Pendant ce temps, le DG des Canadiens de Montréal Marc Bergevin a laissé entendre qu'il n'hésiterait pas à se relancer dans une un dossier d'offre hostile pendant l'été, si l'occasion se présentait. Il avait raté son coup en juin dernier avec l'attaquant Sebastian Aho, des Hurricanes de la Caroline.   

«Je ne suis pas du tout [fermé à cette idée], a-t-il affirmé au balado «Two-Man Advantage» de The Athletic, mardi. Nous ne sommes pas opposés à l’idée de le faire à nouveau.    

«Éventuellement, cet outil pourrait être utilisé contre nous. Je n’exclus aucune option.»   

Mantha, Pierre-Luc Dubois, Mathew Barzal, Mikhail Sergachev et Sam Reinhart figurent tous parmi les potentiels joueurs autonomes avec compensation en vue de la saison morte...   

Ci-dessus, voyez l'entrevue qu'a accordé Marc Bergevin à TVA Sports pendant la rencontre des gouverneurs.