LNH

Sénateurs : des détails troublants concernant le renvoi de Jim Little

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Quelques jours après le congédiement-surprise du président-directeur général des Sénateurs d’Ottawa Jim Little, la lumière commence à être faite sur les raisons véritables de la décision de l’organisation.

L’homme de 55 ans avait prétexté qu’une dispute avec le propriétaire Eugene Melnyk le 14 février dernier était la cause de son renvoi. Le quotidien «National Post» a toutefois pris connaissance de l’enquête que les Sénateurs ont effectuée sur le sujet, samedi. Celle-ci révèle des allégations de comportements abusifs et de violence conjugale de Little envers son ex-femme Lara Smith.

Cette dernière, qui a partagé la vie de l’homme d’affaires de 2015 à 2017, a publié une série de textes anonymes sur le Web racontant sa vie tourmentée avec Little.

«Alors qu’il montrait des signes d’insécurité et des tendances à vouloir tout contrôler tôt dans notre relation, je me suis dit qu’il y avait beaucoup plus de positif que de négatif», a écrit Smith dans un article datant du 28 août 2019 et sur lequel le «National Post» a mis la main.

«Lors des semaines et des mois qui ont suivi, j’ai été victime d’un contrôle psychologique extrême et parfois, d’abus physiques. Aller dans mes cours de yoga ou à l’épicerie créait des élans de rage», a-t-elle écrit.

«Pour le monde extérieur, il était un homme d’affaires charmant et fructueux avec une carrière célébrée et un réseau de contacts impressionnant. En privé, il avait un côté sombre qui est devenu mon cauchemar au quotidien lorsque nous avons aménagé ensemble.»

Réactions des deux côtés

Le blogue sur lequel Smith a publié ses articles a été découvert peu de temps après le jour de la Saint-Valentin, où Little aurait tenu des propos peu élogieux à l’encontre de Melnyk.

«Les agissements de M. Little envers l’organisation, qui ont violé le code de conduite de la Ligue nationale de hockey, jumelés aux allégations détaillées trouvées dans une publication en ligne, nous ont profondément troublés», a révélé le porte-parole des Sénateurs Dan Gagnier au «National Post».

L’avocat de Little a réagi en mentionnant que les propos de Lara Smith étaient «diffamatoires» et «qu’ils sont un effort pour porter outrage à la réputation de M. Little.»

En plus de son bref passage chez les Sénateurs, Jim Little a occupé des postes d’importance chez Shaw Communications, la Banque Royale du Canada, Bell Canada et Bombardier.