Crédit : Photo d'archives Agence QMI, Dominic Chan

Mikaël Lalancette

En vedette aux Rondelles d'Or...

En vedette aux Rondelles d'Or...

Mikaël Lalancette

Publié 06 mars 2020
Mis à jour 06 mars 2020

Dans trois semaines, on sera en séries éliminatoires dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

La grande danse du printemps s’annonce plutôt excitante et relevée. On aura l’occasion de s’en reparler prochainement.

Pendant qu’ils tentent de mettre leur équipe en mode séries, les différents hommes de hockey du circuit ont été appelés à voter en vue du Gala des Rondelles d’Or du 8 avril prochain, soirée où on récompensera les plus méritants de la dernière saison dans la LHJMQ.

Quelques constats...

Lafrenière extraordinaire

Le groupe des cinq risque de rafler plusieurs trophées. Le Phoenix de Sherbrooke, les Wildcats de Moncton, l’Océanic de Rimouski, les Saguenéens de Chicoutimi et les Eagles du Cap-Breton vont accaparer une bonne partie du temps d’antenne lors de cette soirée.

À lui seul, Alexis Lafrenière risque de repartir de Brossard les bras chargés. Il pourrait devenir le deuxième joueur de l’histoire de la LHJMQ à gagner deux trophées Michel-Brière consécutifs. Seul Sidney Crosby a été sacré joueur le plus efficace de la saison deux fois dans son stage junior.

Lafrenière sera aussi en lice pour les titres de champion pointeur (trophée Jean-Béliveau), de personnalité de l’année (trophée Paul-Dumont) puis de meilleur espoir professionnel (trophée Michael-Bossy). C'est sans compter sa présence sur les équipes d’étoiles.

Les plus belles surprises collectives de cette campagne 2019-20 viennent des Voltigeurs de Drummondville et de l’Armada de Blainville-Boisbriand, deux équipes qu’on n’attendait pas dans la première moitié du classement général. 

L’entraîneur-chef des Voltigeurs, Steve Hartley, recevra plusieurs votes comme candidat au trophée Ron-Lapointe remis à l’entraîneur-chef de l’année.

Enfin un Québécois?

Maintenant, jasons des recrues!

Une belle bataille se dessine dans la course au titre de recrue de l’année.

Au moins six joueurs sont des candidats sérieux pour remporter cet honneur. Alexis Lafrenière a été le seul Québécois à être élu recrue de l’année lors des huit dernières années.

Analysons les candidats en attaque.

James Malatesta des Remparts de Québec est un des favoris. À 16 ans seulement, le Montréalais est parvenu à marquer 23 buts en 57 matchs, avec l'une des équipes les plus faibles du circuit.

Plus de 10% des buts des Remparts (11,8% pour être précis) ont été marqués par le jeune homme de 16 ans, repêché 116e au total lors du dernier repêchage de la LHJMQ.

Crédit photo : Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Zachary Bolduc avait pris le chemin du Rhode Island avant d’opter pour Rimouski mais il n’a pas tardé à se faire un nom dans le circuit Courteau.

Le natif de Trois-Rivières revendique 29 buts. Même s’il est bien entouré à Rimouski, c’est tout de même 11,7% de la production offensive de l’Océanic. 

Zachary L’Heureux des Wildcats de Moncton a montré l’étendue de son talent. En plus de marquer des buts (19) et de récolter des passes (30), l’attaquant des Wildcats a aussi montré du caractère, comme en font foi ses 61 minutes passées au banc des pénalités.

Son entraîneur-chef Daniel Lacroix veut en faire un joueur plus complet mais il sait qu’il a tout un joueur sous la main. À plus-23, on peut dire qu’il s’en va dans la bonne direction.

Depuis décembre, trois autres joueurs choisis lors du premier tour du dernier repêchage de la LHJMQ fonctionnent très bien offensivement : Zachary Dean, Joshua Roy et Justin Robidas.

Bref, il y a d’excellents candidats, tous âgés de 16 ans, ce qui doit être pris en considération.

Chez les défenseurs recrues, deux joueurs se démarquent : Jacob Dion des Voltigeurs puis Isaac Belliveau de l’Océanic.

Au-delà des 17 buts qu’il a marqués depuis le début de la saison, Dion a montré un flair offensif impressionnant. Le jeune homme de 18 ans va sans doute battre un record de la LHJMQ qui appartient à son directeur général à Drummondville, Philippe Boucher. 

Boucher avait marqué 21 buts comme défenseur recrue avec les Bisons de Granby lors de la campagne 1990-91. À la décharge du DG des Voltigeurs, il avait enregistré ce record à 16 ans.

Peu importe, la production de Dion demeure impressionnante quand on considère que 5 des 7 défenseurs des Voltigeurs en sont à leur saison recrue. 

À Rimouski, la performance d’Isaac Belliveau est elle aussi digne de mention. Le jeune défenseur de 17 ans est mieux entouré mais un an plus jeune que Dion. 

Le défenseur natif de Fleurimont a hérité de responsabilités importantes cette année à Rimouski et il a montré de belles choses. 

Belliveau a certes profité de la puissance de l’Océanic en attaque (27 de ses 51 points ont été récoltés en supériorité numérique) mais il a tout de même été utilisé à toutes les sauces.

Un dernier candidat sérieux pour le titre de recrue de l’année : le gardien Samuel Hlavaj du Phoenix de Sherbrooke.

Crédit photo : Dominic Chan / Agence QMI

À trois semaines des séries, le Slovaque du Phoenix trône toujours au sommet des meilleurs gardiens de la LHJMQ avec sa moyenne de 2,29 et son taux d’efficacité de 0,915.

Hlavaj n’a qu’une défaite à son dossier depuis le 1er décembre. Son rendement explique en bonne partie pourquoi le Phoenix terminera premier au classement général. C'est toute une entrée en scène pour le jeune homme, après une saison difficile l'an dernier.  

À 18 ans, Hlavaj est plus vieux que la plupart des joueurs nommés ci-haut mais il mérite considération.

Le dernier gardien à avoir remporté le titre de recrue de l’année dans la LHJMQ?

Olivier Roy, des Screaming Eagles du Cap-Breton en 2007-08.