Impact de Montréal

«Chaque fois, c’est une grosse affaire»

Publié | Mis à jour

L’Impact de Montréal s’est assuré, mardi, des services du milieu de terrain, Victor Wanyama, en provenance du club anglais de Tottenham. Et le Kényan devient ainsi le deuxième joueur désigné de l’équipe, en compagnie de Saphir Taïder.  

«Il va faire beaucoup de bien à l’Impact de Montréal, a souligné l’animateur de la chaîne TVA Sports Frédéric Lord, mercredi, lors de l’émission Les Partants. Chaque fois que tu vas chercher un joueur désigné, c’est une grosse affaire. Ce gars est puissant, a connu du succès en première ligue anglaise. Il a peut-être des problèmes de genoux depuis deux ans et c’est ça qui inquiète ceux qui sont sceptiques. Si, comme Olivier Renard semble nous le dire, ses genoux tiennent, il pourrait donner l’impulsion nécessaire à l’Impact pour passer une coche. 

À voir dans la vidéo ci-dessus.

«Ça va rendre ce milieu de terrain plus difficile à jouer contre. Et ça va permettre aussi à l’équipe d’être meilleure en possession, ce que Thierry Henry veut.»  

Pour une deuxième fois dans un laps de temps rapproché, l’Impact va piger à Tottenham pour renforcer son équipe.  

  

  

«Ces négociations avec Wanyama ont commencé avec Luis Binks, le jeune de 18 ans dont tout le monde raffole présentement à Montréal, a continué Lord. Quand on parlait de Binks, on s’est rendu compte que Wanyama pouvait être disponible. Tottenham, avec son contrat, lui devait 8,5 millions $ canadiens jusqu’à 2021. Ils voulaient s’en débarrasser et l’Impact était prêt à en payer une partie.  

«En plus d’un contrat, il faut lui donner un projet, une idée. Et c’est sûr que Thierry Henry, n’importe quel joueur se dit : "Pourquoi pas?"»  

(Crédit photo: Capture d'écran/Impact de Montréal)

Notre autre analyste soccer, Vincent Destouches, croit lui aussi que l'Impact a réalisé un bon coup en obtenant Wanyama. Ils en ont d'ailleurs discuté dans la baladodiffusion «XI MTL» diffusée à QUB radio. 

Embed épisode complet :