SPO-IMPACT-MLS

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Impact de Montréal

Un système plus exigeant

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

La décision de Thierry Henry d’employer cinq arrières porte ses fruits jusqu’à maintenant et les joueurs semblent l’apprécier.

Comme l’expliquait Henry, son équipe défend à cinq arrières, mais quand elle attaque, les deux latéraux deviennent des ailiers qui entrent profondément en territoire adverse.

Zachary Brault-Guillard, qui a joué un fort match samedi contre la Nouvelle-Angleterre apprécie la nouvelle formule.

«À quatre [défenseurs] c’est différent, t’as beaucoup d’espace à gérer alors qu’à cinq, t’as seulement ton couloir. On gère aussi la profondeur différemment avec un central qui peut venir resserrer.

«T’as le temps d’aller plus proche du porteur de balle, ça facilite un peu plus les choses à cinq.»

Exigeant

La méthode a plein de sens, mais elle peut aussi présenter certains défis sur le plan physique puisque les latéraux courent beaucoup plus.

«Oui, c’est plus exigeant physiquement, mais ça ne sera pas un souci, a assuré Thierry Henry. Il y a beaucoup d’équipes qui jouent comme ça. Les deux au milieu doivent couvrir quand ils montent, les trois derrières doivent couvrir plus haut.

«De temps en temps, pour leur éviter de revenir sur 70 mètres, il faut récupérer la balle là et rester là.»

N’empêche que comme il a été ailier, il comprend la situation, mais il souligne du même coup que chaque position a ses particularités.

«J’ai joué sur les côtés, je sais que c’est pas évident du tout. Mais un gardien prend des frappes dans la tête et personne ne râle et les centraux c’est un peu plus relax.»

Bonne condition

À 21 ans, Brault-Guillard est tout jeune et ne risque pas de souffrir de l’effort supplémentaire. « Plus fatigant ? Peut-être, il faut avoir les jambes et le cardio pour répéter les efforts.

«On a eu un match mercredi, puis samedi c’est vrai qu’à la fin j’étais un peu carbo, mais c’est le début de la saison. Mais je pense que d’ici là, je vais m’ajuster», reconnaît-il.

Selon le Franco-canadien, tout est une question de bien se préparer.

«J’espère que Jorge [Corrales] et moi allons tenir le rythme, on est bien physiquement. C’est l’aspect régénération qui est important et l’hygiène de vie surtout.

«Il faut gérer de manière la plus professionnelle possible pour éviter les blessures.»

Brault-Guillard, qui était derrière Bacary Sagna dans la hiérarchie des arrières droits la saison dernière, est l’homme de confiance de Henry.

Cela dit, le jeune défenseur se réfère toujours à celui qui a été son mentor à son arrivée chez l’Impact. «On s’appelle toujours, on se voit souvent puisqu’il est toujours à Montréal, on garde contact et c’est un peu un grand frère. Il regarde mes matchs, il m’aide avec le placement.»