Crédit : Photo courtoisie

Baseball - MLB

Le meilleur espoir québécois?

Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

L’un des plus beaux espoirs au baseball au Québec évolue désormais... en Alberta. Le lanceur Simon Lusignan, qui aura 17 ans ce mois-ci, n’était pas présent jeudi à la journée de démonstration devant les recruteurs du baseball majeur au Centre Claude-Robillard. La raison est simple : dans la dernière année, il a quitté le programme québécois de l’ABC pour se joindre à celui des Dawgs d’Okotoks, dans l’Ouest canadien.   

Lusignan avait ses raisons, qu’il préfère ne pas détailler.  

• À lire aussi: Un nouveau DG chez les Devils? 

• À lire aussi: Leylah Annie Fernandez de plus en plus connue 

«Je n’ai rien à dire contre l’ABC et encore moins contre Marc-Antoine Bérubé. C’est l’un des meilleurs entraîneurs des lanceurs que j’ai eus et je l’aime de tout mon coeur», a-t-il simplement mentionné en entrevue téléphonique, dimanche.  

En Alberta, Lusignan poursuit son développement, si bien qu’il lance maintenant, avec constance, une balle rapide au-dessus des 90 milles à l’heure. L’artilleur a aussi peaufiné sa motion et ajouté un nouveau tir à son arsenal, soit une balle cassante avec une grande vélocité.  

«Je vais super bien et je ne regrette pas, a-t-il dit. Je dirais aussi que j’ai changé un peu en tant que personne [depuis que je suis en Alberta]. C’est une belle expérience qui permet de gagner en maturité et d’apprendre parfaitement l’anglais.»  

Aucune animosité  

À l’ABC, le départ de Lusignan a évidemment fait mal, mais le nouvel entraîneur-chef Maxime Hockhoussen, promu il y a quelques mois, conserve une attitude positive et respecte le choix du jeune homme.  

«C’est un programme qui offre sensiblement les mêmes choses que l’ABC et qui a les mêmes objectifs, a-t-il dit à propos des Dawgs. Je respecte le choix qui a été fait. Si je rencontre Simon ou son père Daniel, je vais leur serrer la main. Il n’y a pas d’animosité. Je ne crois pas pour autant que l’ABC doive se demander ce qu’on peut faire de plus.»  

«Je sais qu’il y a certaines raisons qui expliquent pourquoi Simon est parti, a ajouté Hockhoussen, en demeurant discret. Je les respecte et je les comprends, mais c’est sûr qu’on a trouvé ça plate, car on veut évidemment qu’un p’tit gars du Québec passe par le programme du Québec.»  

Un conflit de personnalités aurait contribué au départ du jeune Lusignan. Maintenant, qu'il soit au Québec ou en Alberta, on ne sait toujours pas si le lanceur sera admissible au prochain repêchage des grandes ligues. On l’identifie actuellement comme un espoir pour 2021, mais son statut pourrait très bien changer d’ici juin, selon la décision du baseball majeur. En vertu du chemin qu'il choisira, le Québécois a également une bourse d’études en poche pour fréquenter l’Université Stetson, en Floride, à compter de l’automne 2021.