HKN-HKO-SPO-EDMONTON-OILERS-V-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS

Crédit : AFP

LNH

Robin Lehner en furie contre les Blackhawks

Publié | Mis à jour

Rencontré par les journalistes à Las Vegas, le gardien Robin Lehner a dressé un bilan peu flatteur de son passage chez les Blackhawks de Chicago.  

Acquis par les Golden Knights de Vegas lundi dans une transaction à trois équipes avec les Maple Leafs de Toronto, celui qui était en lice pour le trophée Vézina, le printemps dernier, laisse entendre que la direction lui a fait de fausses promesses avant qu’il ne s’entende avec le club, le 1er juillet.    

«Je suis allé à Chicago pour aider l’équipe et parce qu’on m’a promis que j’obtiendrais une chance de jouer. Je me suis présenté là-bas avec une bonne attitude, a notamment raconté le Suédois au Las Vegas Review-Journal.  

«Je n’ai pas tant joué au début ni au milieu de la saison, même si j’ai connu un bon camp. J’ai éventuellement ravi le poste de partant, puis j’ai gagné 10 ou 12 départs sur 15 et nous nous trouvions à un point d’une place en séries.   

«Soudainement, j’étais cloué au banc pour aucune raison et les négociations (pour un contrat) étaient au point mort.»  

Crédit photo : AFP

Annéanti  

Avec les «Hawks», Lehner a compilé un dossier de 16-10-5 en maintenant une moyenne de buts de 3,01 pour un taux d’arrêt de ,918. En revanche, Corey Crawford présente une fiche de 11-18-3 avec une moyenne de 2,90 (,913). Les deux portiers ont participé à 33 matchs chacun.

«À la fin, nous jouons pour des contrats. J’ai l’impression que j’ai très bien performé depuis deux ans et que je n’ai rien pu accomplir parce que je ne jouais pas (à Chicago)», raconte-t-il avec amertume.  

«La motivation en prend un coup et je dois faire de mon mieux pour ne pas que ça prenne le dessus. Je suis dans une nouvelle situation ici et ça m’emballe de faire partie d’une équipe qui pousse pour être des séries. Je veux faire de mon mieux pour contribuer.»   

Crédit photo : AFP

Derrière Fleury  

À la date limite des échanges, Lehner s’est joint à une formation qui s’accroche au premier rang de sa section, mais où seulement huit points séparent les premier et cinquième rangs.   

S’il espère jouer plus souvent que dans la Ville des vents, il réalise que Marc-André Fleury est le numéro un incontesté dans le Nevada.  

«Je suis ici pour voir comment les choses se dérouleront. Cette équipe possède déjà un excellent gardien. Je vais essayer d’être prêt à jouer jusqu’à la fin et voir où nous en serons cet été.   

«C’était plus dur à Chicago, où je croyais avoir un avenir et où j’ai tout fait pour assurer un avenir, déplore-t-il. Les dernières semaines ont été trop éprouvantes sur le plan psychologique pour trouver de la motivation.  

«Je n'espère plus. Nous verrons ce qui arrivera...»