GEN

Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Impact de Montréal

L'Impact a dû s'ajuster

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Samuel Piette soutenait mardi que ce n’était pas une bonne idée d’amorcer le match d’hier avec pour objectif de jouer essentiellement défensivement. C’est pourtant ce qui s’est passé.

«Ce n’est pas l’approche qu’on voulait, mais il faut s’adapter au jeu, a-t-il admis avec le sourire. On a été défensifs parce qu’on n’a pas eu la même possession qu’eux, mais en même temps, on n’a rien laissé. 

«On a été très solides durant tout le match, on a changé de système à quelques reprises, mais c’est vraiment dans les 10 dernières minutes que j’ai senti que Saprissa poussait beaucoup , a-t-il ajouté. 

À sa première sortie montréalaise en 2020, on ne peut pas dire que l’Impact a gâté son public, mais c’est finalement le résultat qui compte. 

«Pour le beau jeu et tout ce qu’il y a à peaufiner, on aura du temps durant la saison, a assuré Saphir Taïder. Le coach est arrivé il y a un mois, il ne faut pas trop lui en demander non plus.» 

L’Impact a obtenu peu de chances de marquer, moins que lors de la rencontre précédente, mais Thierry Henry estime que son équipe aurait pu s’inscrire au pointage. 

«On a trouvé nous aussi nos moments, on n’a pas su finir, comme eux.» 

Bonne défensive 

Intense en conférence de presse comme sur les lignes de côtés, l’entraîneur de Saprissa, Walter Centeno, a loué le jeu défensif montréalais. 

«Nous devions marquer, mais en avons été incapables parce qu’ils ont joué un très bon match défensif même si nous étions en contrôle du match.» 

Amar Sejdic, qui a obtenu un second départ de suite, a mis en exergue le boulot défensif accompli par l’équipe et soutient qu’il faudra maintenant trouver une façon de donner du tonus à l’attaque. 

«Défensivement, je crois que nous avons bien couvert les espaces. La prochaine étape est de trouver la façon dont les trois joueurs axiaux peuvent combiner ensemble.»