Impact de Montréal

«Ils ont atteint leur objectif»

Publié | Mis à jour

L’Impact de Montréal n’a peut-être pas disputé un match glorieux, mercredi au Stade olympique, face au Deportivo Saprissa, mais le défi a été relevé puisque le Bleu-Blanc-Noir s’est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF en raison d'un match nul de 0-0. 

La formation costaricaine a contrôlé le ballon pendant 60 % du temps, mais n’a jamais vraiment été une menace, hormis trois ou quatre occasions. 

• À LIRE AUSSI: Robin Lehner en furie contre les Blackhawks 

• À LIRE AUSSI: Guy Lafleur : «Les Canadiens ont un handicap» 

«Ils ont atteint leur objectif, a souligné l’ex-joueur et dirigeant de l’équipe, Nick De Santis, lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Le monde peut parler et dire qu’ils ont joué très défensivement, mais il faut mettre en contexte que la préparation au camp d’entraînement, c’était côté physique et préparer ces deux matchs contre Saprissa. Alors je pense qu’ils ont le temps pour vraiment mettre une identité à cette équipe avec le nouveau staff technique, mais à la fin, ils ont réussi à accéder aux quarts de finale.» 

Le gros boulot, l’Impact l’a accompli au Costa Rica lors du match-aller en marquant à deux reprises en début de duel. 

«À la fin, Saprissa, ils ont perdu cette série au premier match, car les 30 premières minutes du premier match, ils jouaient très ouvert et ont laissé beaucoup d’espace, des 1 contre 1 à l’Impact et l’Impact a été capable et bon pour compter deux buts, a continué De Santis. À la fin, oui, il y avait beaucoup de possession du côté de Saprissa, mais si vous regardez et pensez au match, ils n’ont pas eu d’excellentes occasions. Ils n’avaient pas vraiment un ou deux joueurs qui pouvaient faire la différence à n’importe quel moment.  

«[...] La façon que Thierry Henry a préparé son équipe, c’était bien défendre et contre-attaquer avec la vitesse. [...] Vraiment, bravo à eux, car ils ont été capables d’accéder à cette ronde. Ce n’est pas facile de rentrer dans un tournoi aussi important après cinq ou six semaines de camp d’entraînement.» 

À voir dans la vidéo ci-dessus où De Santis discute brièvement de ses projets d’avenir.