FBC-SPO-MISSISSIPPI-V-ALABAMA

Crédit : AFP

NFL

NFL: vers une cuvée historique

Stéphane Cadorette

Publié | Mis à jour

La cuvée 2020 au prochain repêchage semble destinée à proclamer la gloire des receveurs de passes. Les représentants de cette cohorte, cette semaine au «Combine» à Indianapolis, ne cachent d’ailleurs clairement pas leur désir de former un groupe historique en termes de talent et de profondeur. 

En 2004, l’illustre Larry Fitzgerald devenait le porte-étendard, toujours actif, de l’année la plus faste pour les receveurs avec sept d’entre eux choisis en première ronde.  

Plusieurs autres choix de ce premier tour n’ont toutefois pas connu la carrière professionnelle escomptée, qu’il s’agisse de Roy Williams (7e choix, Lions), Reggie Williams (9e choix, Jaguars), Lee Evans (13e choix, Bills), Michael Clayton (15e choix, Buccaneers) ou Rashaun Woods (31e choix, 49ers). 

Cette année, le potentiel s’annonce astronomique avec les Jerry Jeudy et Henry Ruggs (Alabama), CeeDee Lamb (Oklahoma), Tee Higgins (Clemson) et Justin Jefferson (LSU), pour ne citer qu’une infime partie du talent disponible. 

Même si l’histoire devrait s’avérer une leçon visant à maintenir les attentes raisonnables, l’engouement l’emporte bien souvent sur la raison. 

«La cuvée de cette année, honnêtement, est incroyable. Tu ne peux pas vraiment te tromper avec n’importe quel receveur, que ce soit en première, deuxième, troisième ou quatrième ronde. Peu importe, tu feras un bon choix», a prédit avec audace Lamb, qui figurera logiquement parmi les premiers élus le 23 avril grâce à ses attrapés spectaculaires en pleine circulation. 

Une grande profondeur 

Les quelques noms énumérés ne représentent évidemment pas l’étendue du potentiel de ce millésime. Les gourous les plus renommés dans l’analyse du repêchage semblent unanimes. 

Daniel Jeremiah, l’expert attitré de NFL Network, estime qu’il étiquettera 22 ou 23 receveurs comme potentiels choix de première et deuxième ronde. Il en désigne normalement de 12 à 14. 

Todd McShay, d’ESPN, publiait récemment son classement des espoirs et huit d’entre eux figuraient parmi les 27 meilleurs joueurs disponibles. 

Quant à Mel Kiper Jr, figure reconnue du même réseau, il estime que 25 à 30 receveurs devraient être sélectionnés lors des trois premiers tours à Las Vegas. 

«Dans l’ensemble, les receveurs de ce groupe sont exceptionnels. À peu près tout le monde a connu une grande carrière universitaire et chacun a le potentiel d’en faire autant chez les professionnels», croit Henry Ruggs, reconnu pour sa vitesse électrisante. 

Relents de 2014 

Si la cuvée de 2004 s’est avérée la plus reconnue pour sa première ronde en frais de joueurs sélectionnés, la productivité de la classe de 2014 en matière de profondeur demeure la référence. 

Les Odell Beckham Jr, Mike Evans, Sammy Watkins, Brandin Cooks, Jarvis Landry, Davante Adams, Allen Robinson et John Brown se sont tous établis comme des receveurs de qualité. 

«Nous formons le meilleur groupe de receveur depuis l’année d’Odell (Beckham). Il y a du talent partout et nous deviendrons une cuvée légendaire», a affirmé sans la moindre retenue le couteau suisse de l’Université du Colorado, Leviska Shenault, déployé partout sur le terrain. 

«Chaque gars dans notre groupe devrait penser qu’il est le meilleur receveur disponible. C’est l’état d’esprit qu’il faut avoir», a pour sa part opiné Jerry Jeudy, que plusieurs perçoivent comme le receveur le plus complet du lot. 

Il reste encore beaucoup à accomplir pour que ces jeunes espoirs s’élèvent au rang d’étoiles dans la NFL. Chose certaine, la confiance déborde.