Canadiens de Montréal

«On ne peut pas tout divulguer, mais...» - Claude Julien

Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

«Est-ce que nos chances de faire les séries sont grandes? Non. Est-ce qu’elles sont minces? Oui. Mais elles sont encore là.»  

Claude Julien n’en démord pas. Tant que la moindre molécule d’oxygène entrera dans les poumons de son équipe, il continuera désespérément à lutter pour une place en séries éliminatoires.    

Cependant, la tâche pourrait s’avérer encore plus difficile avec les effectifs que Marc Bergevin a envoyés sous d’autres cieux. Assurément, le directeur général du Canadien de Montréal avait raison en soutenant qu’il ne forçait pas l’équipe à faire un grand pas en arrière en échangeant les services d’Ilya Kovalchuk, de Nate Thompson et de Nick Cousins.  

Sauf que quand vous avez les deux talons sur le bord du précipice, le moindre pas de recul vous envoie dans l’abîme. 

Voyez le point de presse de Claude Julien dans la vidéo ci-dessus. 

Refusant de spécifier si ces départs viendraient compliquer son travail dans la quête de son objectif de participer à la danse du printemps, l’entraîneur-chef du Canadien a soutenu qu’il n’était pas question de lever le pied.  

«C’est évident que tu perds des joueurs-clés, mais ça ne nous empêche pas de faire notre travail et de continuer d’essayer de gagner des matchs, a-t-il martelé, mardi. On va voir dans les prochains matchs. C’est aux joueurs qui sont ici de continuer de faire le travail. Ce n’est pas un groupe qui abandonne.»  

«Même si on a perdu quelques joueurs, ce n’est pas différent d’une blessure. On va continuer de travailler de la même façon», a-t-il ajouté.  

Julien et Bergevin au diapason  

Bien qu’il ratera les séries éliminatoires pour une troisième saison de suite, Julien semble bien en selle. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Bergevin la veille, lors de son bilan des transactions en lui donnant tout ce qui avait des allures de vote de confiance.  

«C’est toujours plaisant de recevoir un vote de confiance de la part de son directeur général. Toutefois, ça s’est déjà vu auparavant: l’entraîneur reçoit un vote de confiance et deux semaines plus tard, il est congédié», a indiqué Julien dans un éclat de rire.  

Cela dit, il semble que les deux hommes soient sur la même longueur d’ondes. Et être sur la même longueur d’ondes que le patron, c’est toujours bon signe.  

«On travaille fort avec ce qu’on a sous la main. On ne peut pas tout divulguer, malheureusement. Cependant, on a un plan, on s’en va dans une certaine direction. On va continuer de travailler avec certains jeunes joueurs et d’améliorer l’équipe.»  

À Evans de faire ses preuves  

À ce niveau, Jake Evans est le dernier en lice. Le départ de Nate Thompson lui offrira toute la latitude nécessaire pour se faire valoir d’ici la fin du calendrier.  

«C’est un joueur très intelligent. Il a passé une saison et demie à Laval. Ça démontre qu’il s’est amélioré. J’ai beaucoup confiance en lui, a louangé Julien. Même quand Thompson était ici. Il a écoulé des punitions et il a fait du bon travail.»  

Rappelé mardi, le choix de septième tour du Canadien en 2014 a inscrit un but en six matchs lors de son premier passage avec le grand club, il y a deux semaines. Avant ce premier séjour, ses plus ardents défenseurs se demandaient ce que la direction du Tricolore attendait pour lui faire signe. Deuxième pointeur du Rocket en 2018-2019, il domine cette colonne avec 38 points en 51 matchs cet hiver.  

«Le temps passé à Laval m’a donné du millage et m’a permis d’acquérir de l’expérience dans toutes les situations. Quand j’ai commencé à jouer un peu mieux, j’ai commencé à avoir hâte d’obtenir cette occasion [un rappel avec le Canadien]. Je suis vraiment content», a déclaré l’attaquant de 23 ans.  

À lui, maintenant de la saisir, et de laisser une bonne carte de visite pour l’automne prochain.