Canadiens de Montréal

Attaqué sur son bilan, Bergevin se défend

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin a défendu avec ardeur son bilan des dernières années en matière de repêchage et de développement.   

Le directeur général des Canadiens a répondu aux critiques lancées à son endroit au cours de la conférence de presse tenue après l’heure limite des transactions, lundi après-midi. Voyez son point de vue dans la vidéo ci-dessus.    

À la question «Qu’est-ce qui ne fonctionne pas avec le repêchage?», Bergevin a offert une longue réponse. «Est-ce qu’on a fait de bons coups avec nos choix dans le passé? Ma réponse est oui. Est-ce que certains choix n’ont pas fonctionné? Oui, mais je peux donner des exemples d’autres équipes pour lesquelles ça n’a pas fonctionné non plus.  

«Quand tu regardes un joueur de 17 ans, tu fais de la projection. Du côté du développement, je ne suis pas prêt non plus à mettre le blâme. Pourquoi un joueur à qui tu donnes les mêmes outils va se rendre dans la LNH et l’autre non? Souvent, c’est le joueur lui-même qui ne se développe pas. Si on choisissait des joueurs de 20 ans, moins d’équipes se tromperaient. C’est plus difficile à 17 ans.  

«C’est difficile de mettre ça sur le dos du repêchage ou du développement. Il y a beaucoup de chance là-dedans.»  

L’exemple de Michael McCarron    

Il a cité l’exemple de l’attaquant format géant Michael McCarron, sélectionné 25e au total en 2013, qui joue actuellement dans la Ligue américaine avec les Admirals de Milwaukee, après un séjour infructueux avec le Rocket de Laval et le CH.    

«On aurait aimé ça que Mike joue dans la LNH aujourd’hui, mais ce n’est pas le cas. Je regarde les autres joueurs choisis avant ou après lui et beaucoup d’entre eux n’ont pas joué dans la LNH», a-t-il souligné pour se justifier.  

«Il y a de bons joueurs dans toutes les rondes. Il faut juste les trouver. Il y a aussi beaucoup de chance là-dedans», a-t-il pris le soin d’ajouter.    

À ce propos, Bergevin a voulu se montrer rassurant auprès des partisans.   

«Je sais que c’est dur pour nos partisans de comprendre, mais tu dois souvent être chanceux au repêchage. Des années, je regarde le repêchage et après la fin de la première ronde, peu de joueurs ont connu une belle carrière dans la LNH. Il y a des repêchages comme ça.   

«Au repêchage, il n’y a aucune garantie. Les statistiques montrent qu’un choix numéro 25 a autant de chances de performer dans la LNH qu’un gars choisi 41e