Boxe

«On est dans la bonne direction»

Publié | Mis à jour

Le Québécois Simon Kean (19-1, 18 K.-O.) a remporté de manière explosive le combat qu’il l’opposait à l’Américain Daniel Martz (19-9, 16 K.-O.), vendredi, à Rimouski, en obtenant une victoire par K.-O. au troisième round. Après avoir subi la seule défaite de sa carrière il y a plus d’un an, Kean a triomphé à ses quatre plus récents duels.

Et son promoteur, Camille Estephan, président d’Eye of the Tiger Management, en est très heureux.

«On est certainement dans la bonne direction, a souligné Estephan, samedi matin, lors de l’émission Le Québec Matin sur les ondes de LCN. Il a une offensive nucléaire, c’est la défensive qu’on doit travailler. Et hier, j’ai vu qu’il a appliqué à la lettre le plan de match. Je suis très, très fier de lui. Il avait beaucoup de pression sur les épaules. Il avait tout à perdre et il a bien performé.»

En Martz, Kean avait devant un boxeur plus grand et plus lourd que lui, ce qui est rare.

«Il avait toute une montagne devant lui en Martz, a imagé Estephan. On voyait bien qu’il était un gars qui cognait dur. Il avait une longue portée et il a dû s’ajuster. C’est rare qu’il va regarder un gars qui est plus haut que lui. C’est une bonne affaire, il a très, très bien fait ça.

«[...] Des fois, il manque un peu de "focus" dans les combats. Il ne prend pas l’adversaire au sérieux et ça devient dangereux, car un combat de poids lourds, un coup de poing peut tout changer. On s’était parlé là-dessus vraiment pour faire des exercices mentaux et ç’a bien payé.»

Kean, de son côté, était évidemment très heureux de sa victoire. Toutefois, il a été plutôt bref lorsqu’il a discuté du fait qu’il ne travaillait plus avec son entraîneur de longue date, Jimmy Boisvert.

«J’ai travaillé au gym avec Denis (Hance). On se connaît depuis aussi longtemps que Jimmy. Ça ne fonctionnait juste pas avec Jimmy en ce moment. Des fois, les couples, ça fonctionne moins (bien).»

À voir dans la vidéo ci-dessus où Estephan parle de deux autres de ses boxeurs, David Lemieux et Erik Bazinyan.