Boxe

Le futur entraîneur de l'année?

Publié | Mis à jour

Les amateurs de boxe seront choyés le 21 février prochain.  

Ce soir-là, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski, Simon Kean (finale) et Erik Bazinyan (demi-finale) seront les têtes d’affiche d’un gala présenté par Eye of the Tiger Management.   

En attendant cette belle soirée de boxe, l’entraîneur de Bazinyan, Marc Ramsay, et ses deux assistants, Luc-Vincent Ouellet et Samuel Décarie-Drolet, sont débarqués sur le plateau de Dave Morissette, mercredi.  

D’entrée de jeu, Ouellet n’a pas hésité à lancer des fleurs à son collègue Ramsay, qui cumule, il faut le mentionner, plus de 25 ans d’expérience en boxe professionnelle et amateur. 

«C’est vraiment impressionnant de voir comment Marc arrive à atteindre le sommet avec tous ses athlètes. On a des boxeurs qui sont maintenant champions du monde unifiés. C’est vraiment exceptionnel. Je suis surpris que son nom n’ait pas été mentionné parmi les candidats au titre d’entraîneur de l’année. Au Canada, on n’a pas tout à fait la même visibilité qu’ailleurs. Mais le nom de Marc Ramsay risque de sortir éventuellement.» 

Dans moins de 48 heures, Ramsay aura l’occasion d’ajouter une victoire à son palmarès déjà bien impressionnant alors que son poulain, Erik Bazinyan, affrontera le Finlandais Timo Laine (27-12-0, 11 K.-O.).  

«On est présentement dans une phase de récupération», de spécifier Marc Ramsay. 

«On a fait le gros du travail. Les combats de pratique sont terminés. Là, c’est juste de faire la récupération technique. On doit s’assurer d’être prêts pour le gala de ce week-end.»  

Et à quoi doit-on s’attendre de l’adversaire de Bazinyan? 

Marc Ramsay y va d’une fine analyse.  

«Cet adversaire permettra à Erik de faire beaucoup de rounds. Il est très endurant. On s’attend d’ailleurs à faire la limite dans ce combat-là. Laine sait boxer et possède une bonne force de frappe. Erik se devra d’être alerte. 

«Bazinyan est déjà très bien positionné dans les différents classements, et ce, malgré son jeune âge. J’aimerais prendre encore un an pour le développer, question de m’assurer qu’il sera fin prêt lorsqu’on arrivera en championnat du monde. C’est justement en affrontant un gars comme Laine qu’Erik pourra progresser de façon significative.» 

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.