SPO-ALOUETTES-ROUGE-NOIR-CFL

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Alouettes de Montréal

Un joueur des Alouettes arrêté avec 157 livres de «pot»

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Un receveur des Alouettes aurait été arrêté par les autorités près de la frontière entre le Mexique et les États-Unis dans les derniers jours. Quan Bray, qui était accompagné de l’ancien joueur de ligne offensive des Browns de Cleveland Greg Robinson, s’est fait prendre en possession de 157 lb de marijuana.  

Selon plusieurs sources, dont le site TMZ, des accusations criminelles ont été déposées par les autorités fédérales américaines à l’endroit de Bray et de Robinson. S’ils sont reconnus coupables de possession de drogue avec l’objectif d’en faire la revente, ils sont passibles d’une peine de 20 ans de prison chacun.    

Bray et Robinson auraient été arrêtés lundi à un contrôle frontalier de Sierra Blanca, au Texas. C’est un chien de la patrouille qui a attiré l’attention sur le véhicule des athlètes qui sont âgés respectivement de 26 et 27 ans.  

Quelques minutes plus tard, les agents ont découvert la marijuana dissimulée dans des sacs à l’arrière de la voiture.  

Un beau potentiel  

Bray a débarqué à Montréal au début de la saison dernière à titre de joueur autonome. À sa première campagne avec les Alouettes, il a été l’une des belles révélations au sein de l’escouade des receveurs de passes.  

En 15 matchs, il a capté 58 passes pour des gains de 818 verges et cinq touchés. Il était l’un des dépanneurs importants du quart Vernon Adams jr. À l’occasion, il a également été utilisé sur les unités spéciales comme spécialiste des retours de bottés.  

Contactée par le Journal de Montréal en soirée mercredi, la direction des Alouettes n’a pas voulu commenter la situation. Elle l'a cependant fait jeudi.  

«Les Alouettes de Montréal ont été mis au courant de l’arrestation de Quan Bray et des circonstances de l’événement, a réagi brièvement l’équipe. Nous sommes en train de recueillir le plus d’informations possible alors que nous prenons la situation très au sérieux. Nous planifions prendre une décision définitive aussitôt que possible. L’organisation ne fera aucun autre commentaire.»