Canadiens de Montréal

Ilya Kovalchuk «n’aide peut-être pas les Canadiens»

Publié | Mis à jour

Les Canadiens de Montréal ne sont pas en plein cœur de la course aux séries éliminatoires. Loin de là. En conséquence, le Tricolore devra peut-être liquider certains de ses actifs au cours des prochains jours alors qu’il reste moins d’une semaine avant la date limite des transactions.  

S’il y a un joueur qui pourrait servir de monnaie d’échange au directeur général Marc Bergevin, c’est bien le Russe Ilya Kovalchuk.    

L’attaquant a été acquis pour une bouchée de pain au début du mois de janvier est a connu des débuts fracassants avec l’équipe. Toutefois, il a ralenti quelque peu au cours des derniers matchs si bien que sa fiche avec le CH est de 12 points, dont six buts, en 19 matchs.  

«Ce qui n’aide peut-être pas les Canadiens en ce moment, c’est le fait qu’Ilya Kovalchuk a tellement, tellement bien fait et là ça fait quelques matchs où c’est beaucoup plus tranquille dans son cas, a analysé l’animateur de la chaîne TVA Sports Louis Jean, mardi, lors de l’émission Les Partants.  

«On souhaitait un choix de deuxième tour [...], mais je pense que ce sera très difficile à aller chercher. Si tu l’obtiens, il faut que tu le laisses partir. Tu as la chance de le ramener au mois de juillet. Mais je pense que ça va être excessivement difficile. Il faut toujours que tu t’ajustes selon le marché.»  

Ainsi, si Bergevin n’obtient pas son prix et que le DG souhaite le retour du Russe en 2020-2021, il pourrait être tenté de conserver ses droits.  

Au cours des dernières années, Bergevin a habitué les partisans à un certain style de transaction. Et rien ne laisse croire qu’il va changer cette saison.  

«Au repêchage à Dallas il y a deux ans, [...] Marc Bergevin savait que la laisse était vraiment très courte, a confié Jean. Il avait dit qu’il voulait prendre les bonnes décisions à moyen et long terme, pas pour essayer de sauver son emploi, mais pour essayer d’aider cette organisation. Je pense vraiment que Marc Bergevin est là actuellement.  

«On ne se lève pas une année et on se dit qu’on veut essayer quelque chose de complètement différent. Oui ça arrive, c’est sûr. Mais essentiellement, il y a une philosophie, il y a une croyance et je pense que ça ne va pas vraiment changer pour Marc Bergevin.»  

À voir dans la vidéo ci-dessus.